2014-06-05 Un armement simple mais bien adapté aux objectifs

Publié le par Alain GYRE

Un armement simple mais bien adapté aux objectifs

 

05.06.2014

 

«Une surveillance continue, préventive et répressive de toute l’étendue du Territoire. » Cela constitue l’essence même du service de la Gendarmerie nationale. En plus détaillée, cette mission l’amène à « poursuivre des buts divers, le plus souvent simultanés : renseignement, protection des personnes et des biens, sécurité des campagnes et des voies de communication, police administrative, judiciaire et militaire ».

La police administrative relève du ministre de l’Intérieur, des secrétaires d’État délégués aux provinces, des préfets, sous-préfets et maires. Elle a pour objet la tranquillité du pays, le maintien de l’ordre, l’exécution des lois et règlements, la fourniture des escortes et des mains-fortes, les secours et les enquêtes en cas d’évènements graves et de calamités publiques.

La police judiciaire est du ressort du ministre de la Justice. Elle constate les crimes, délits et contraventions, en rassemble les preuves et recherche les auteurs.

« Une attention particulière est portée à la prévention et à la répression des vols de bœufs qui ont toujours causé un grave préjudice à l’économie du pays. Les efforts déployés commencent à porter leurs fruits et le nombre des vols commis est en nette régression. »

Enfin, la police militaire s’exerce sur les localités occupées par la Troupe et les militaires absents de leur corps. La Gendarmerie apporte son concours à l’incorporation des recrues et à l’administration des réserves.

Elle remplit également diverses missions au profit des autres départements ministériels, tels que les finances, l’agriculture, l’économie, le travail, les travaux publics, la santé publique, l’éducation nationale…

L’étendue de ces missions exige des moyens matériels importants. Outre un parc automobile fourni, un armement simple mais bien adapté aux buts recherchés et des vedettes fluviales, les unités disposent d’équipements techniques modernes (fichiers de recherches, appareils et laboratoire de photographie, mallettes de police judiciaire, réglo-scopes, groupes électrogènes, etc.).

Le réseau d’infrastructures radio, dense et souple, garantit en tout temps la permanence de l’exercice du commandement et la transmission rapide de renseignements aux chefs et aux autorités. Il est entretenu soigneusement par du personnel qualifié. Néanmoins, l’exploitation de la plupart des appareils peut être assurée simplement par les gendarmes du rang.

De plus, un réseau fixe assure les liaisons à grande, à moyenne et à courte distances, tandis que des réseaux mobiles opérationnels sont constitués à la demande.

Malgré les difficultés de propagation particulière à la Grande île, ce vaste ensemble de moyens radioélectriques, à l’échelle de l’importance et de la pluralité des tâches incombant à l’Arme, fait quotidiennement la preuve d’une remarquable efficience.

Enfin « faut-il considérer l’uniforme du gendarme, dont la vue est, paraît-il, le commencement de la sagesse, comme un moyen d’action   »…

C’est dans cet esprit qu’une tenue à la fois sobre, seyante et pratique est mise au point. Un modèle de vareuse et de pantalon de sortie en tissu gris bleu est expérimenté et adopté. Le képi à bandeau noir, fond et galon bleus, est orné d’un insigne métallique sur lequel l’épée de la loi soutient le riz symbolique et le ravinala, arbre spécifique de Madagascar.

« Ainsi liée étroitement à l’évolution du pays, ajustée aux besoins réels et aux conditions de vie de son peuple, la Gendarmerie malgache remplit les importantes missions qui lui sont confiées avec une conscience et une loyauté exemplaires. »

Elle veut constituer l’un des facteurs essentiels de cet ordre public et de ce respect des lois, « sans lesquels resteraient vains les efforts déployés à tous les échelons de la République malgache tendue vers le progrès ».

Pela Ravalitera

Notes du passé

L’Express

Publié dans Notes du passé

Commenter cet article