Agroforesterie : De la vertu des cultures superposées

Publié le par Alain GYRE

Agroforesterie : De la vertu des cultures superposées       

Vendredi, 07 Février 2014

 

Dans le littoral Est de Madagascar où le relief est fortement accidenté, l’appauvrissement du sol est accéléré par l’abondance des pluies mais surtout par la pratique de la culture sur brûlis.

 

Pour y faire face, le Programme de promotion des revenus ruraux (PPRR) a opté pour l’installation de Sites de productions intégrés (SPI) pour permettre aux paysans d’améliorer la qualité de leurs sols grâce à l’agroforesterie. Sur une étendue de 60 hectares, les cultures de rente et vivrières sont fixées en couloirs superposés.

 

En bas de la pente, les cultures maraîchères et les pieds de manioc s’intercalent entre les arbres fruitiers. À mi-hauteur, les agriculteurs plantent le Flemingia (une haie vive antiérosive) et de jeunes girofliers ; enfin, au sommet, les acacias forment un mur contre le vent. Aujourd’hui, le littoral Est abrite plus de 6 000 hectares de terre améliorée par l’agroforesterie. Les SPI permettent d’accroître les rendements agricoles et de générer des sources de revenus supplémentaires pour les paysans, notamment grâce aux cultures pérennes à cycle court.

 

Source : décembre 2013-janvier 2014 | Spore 167 |

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article