Aimé Rasombiniaina révèle sa hantise de 1947

Publié le par Alain GYRE

Livre: Aimé Rasombiniaina révèle sa hantise de 1947

1-auteur.jpg

L’auteur présentant son œuvre hier à Analakely

L'événement de 1947 fait l'objet d'interprétations divergentes. Le livre d'Aimé Rasombiniaina vient éclairer une partie de cette période sombre de l'histoire de Madagascar.

En marge de l'exposition de la Direction des combattants nationa­listes (DCN) au sein du ministère des Forces armées, qui se tient actuellement au RM1 Analakely sur les événements de 1947, un adjudant-chef de gendarmerie issu de la FIGN de Fort-Duchesne, Aimé Rasom­biniaina, a présenté son livre « Ireo adim-panafahana nandritry ny fanjanahantany », a paru aux éditions TPFLM en juillet 2012.
Le livre revient sur les luttes menées par les nationalistes pour libérer la Grande île des mains des colonisateurs, depuis 1895 avec Rainandriamampandry, exécuté le 5 décembre 1896, jusqu'au lieutnant Albert Randriamaromanana, exécuté le 28 avril 1948. Un travail de recherche et de documentation qui a duré treize longues années.
Écrit en malgache dans un style simple, l'ouvrage très documenté apporte des éléments pour justifier l'implication des autres groupes ethniques dans l'insurrection. Il donne des détails sur les armements utilisés et la stratégie militaire adoptée par les mouvements de résistance. Des témoignages ont été recueillis auprès des rescapés dont le tirailleur Retsibaky, bras droit d'Albert Randriamaromanana au camp de Besorohitra.
« Retsibaky est toujours là, mais il est très vieux et ne peut plus se déplacer. Je l'ai rencontré et ai pu recueillir ses témoignages », souligne l'auteur.
Petit pas en avant
Préfacé par le professeur Raherisoanjanto Daniel, enseignant-chercheur en histoire et culture malgache, le livre apporte des preuves matérielles (cartographie, photos diverses,...) pour permettre aux lecteurs de mieux connaître ce pan de l'histoire de Madagascar, qui continue jusqu'à aujourd'hui d'être l'objet de confusions et de fluctuations.
« En 1977, une exposition sur l'événement de 1947 m'a profondément bouleversée. Quand j'ai vu la photo du corps du lieutenant Randriamaro­manana criblé de balles, les horreurs de la répression, c'était vraiment un choc. Depuis, je me suis beaucoup intéressé à l'histoire, même si de formation je suis plutôt juriste. Je pense qu'il est de notre devoir de faire connaître notre propre histoire », confie le sous-officier.
Le livre est disponible dans les librairies de la capitale et à l'exposition sur l'événement du 29 mars, au RM1 Analakely.

Domoina Ratsara

Mardi 26 mars 2013

L’Express

 

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article