Air Madagascar: comment s'en sortir?

Publié le par Alain GYRE

Air Madagascar : Comment s’en sortir ?
(21-01-2013) - Les problèmes s’accumulent de plus en plus pour la compagnie nationale malgache de transport aérien Air Madagascar. D’un côté, sa mise en annexe B et de l’autre les irrégularités de ses vols. Des épines qui font mal à la compagnie, à son personnel mais aussi au pays.

1-air-mad1.jpg
L'un des deux A340-300 d'Air Madagascar à Ivato
© TGN

« Des problèmes qui ne veulent pas dire fatalité malgré le fait que la trésorerie et la finance de la compagnie ainsi que son image sont terriblement atteintes. Certes, des solutions existent bel et bien », selon des experts en transport aérien qui veulent garder l’anonymat.

Parmi ces solutions, ils avancent la réduction des coûts liés aux restrictions de l’annexe B par la recherche d’une autre compagnie autre qu’Air France pour l’ACMI (Aircraft, Crew, Maintenance and Insurance) mais dont les conditions seraient à l’avantage d’Air Madagascar. En effet, selon toujours les explications de ces experts, avec des conditions plus avantageuses, les PNT et PNC d’Air Madagascar pourraient voler et faire équipe avec les Crew d’autre compagnie. Mais il ne faut pas oublier que la compagnie, malgré ses restrictions, peut toujours voler dans le ciel européen. De ce fait, « Air Madagascar peut desservir toute l’Europe et ne pas rester tout simplement en France. Ce qui élargirait sa visibilité dans toute la zone », selon toujours ces experts. Ainsi, on pourrait voir par exemple l’A340 d’Air Madagascar à Dublin ou dans d’autres cieux européens.

Pour les vols régionaux et nationaux qui ont été perturbés suite à des problèmes techniques ayant engendré un nombre réduit d’appareils disponibles pour assurer le programme, la compagnie devrait changer son programme de vols et uniformiser ses horaires de vols. D’ailleurs, on apprend qu’une telle initiative sera prise afin de remédier à des tels problèmes qui se sont mis en exergue surtout durant les fêtes de fin d’année.

Concernant les vols non rentables, la compagnie doit les suspendre voire les annuler. Quant au personnel, il est appelé à se responsabiliser et travailler d’arrache pied pour développer la société. « Une société capable de sortir de son marasme actuel », tiennent à rassurer ces experts.

Solofo Andrianjakarivelo

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article