Ambanja : "Trésors du Sambirano"

Publié le par Alain GYRE

 

Ambanja : "Trésors du Sambirano"

 

Lorsqu’on évoque, rapidement, les principales régions touristiques de Madagascar, l’on songe à Nosy Be ou encore à l’axe Sud. Le circuit Nord-Ouest recèle cependant de surprenants attraits, à commencer par ceux qui sont facilement accessibles autour d’Ambanja.

 1-ambanja-une.jpg

Ambanja est surtout connue comme ville étape en direction de Nosy Be. L’embarcadère d’Ankify n’est en effet distant que d’une petite vingtaine de kilomètres. La première erreur serait de ne pas prendre le temps de découvrir les charmantes criques et leurs belles plages, avec vue imprenable sur la verdoyante Nosy Komba, qui semble à portée de main, à quelques encablures au large. La deuxième erreur consisterait à traverser, sans s’y attarder, les grandes plantations d’épices (vanille, poivre…), de plantes à parfums (ylang ylang, patchouli…), de café et cacao qui jalonnent la route.

 

Les balades sous les frondaisons des imposants mantallias, albizias et tulipiers du Gabon, qui projettent une ombre bienfaitrice sur les plants de café ou les cacaoyers, sont à la fois divertissantes et dépaysantes. Les senteurs enivrantes s’entremêlent et participent largement aux joies de ces randonnées. Dans les grandes fermes de traitement de ces nobles fruits de la terre, le spectacle offert par une multitude de femmes aux lamba chatoyants mériterait, à lui seul, une journée-étape à Ambanja.

 

Mais Ambanja propose de multiples autres surprises notamment vers le haut Sambirano. Les quelques dizaines de kilomètres de piste longeant ce fleuve, qui prend naissance au pied du plus haut massif montagneux du pays (Tsaratànana qui culmine à 2 876 m), proposent un grand nombre de points d’intérêts. Plus que la balade en pirogue sur la Ramena, affluent du Sambirano, ou la découverte de cascades et lacs peuplés d’une très diversifiée avifaune, on appréciera la rencontre avec une population des plus souriante et accueillante. Étrange sensation de sembler être immédiatement adopté par les villageois dès lors que l’on s’arrête quelques minutes et que l’on s’intéresse à leurs activités agraires ou artisanales.

 

La région dite du « bas Sambirano » mérite également d’être parcourue. À partir de l’ancien comptoir colonial d’Antsahampano, on peut circuler à pied ou en pirogue à travers l’une des plus grandes mangroves de la côte Nord-Ouest malgache, composée de neuf espèces de palétuviers, terrain de jeux idéal pour des raids en kayak de mer. Les pieds bien enfoncés dans les alluvions, quel plaisir de replanter ces gousses de palétuvier jaune et de participer au reboisement d’un précieux écosystème sans lequel crevettes, crabes et nombreux poissons ne pourraient se reproduire !

 

Déjà plusieurs jours passés sur place et la réserve forestière d’Ambohidravy ou bien encore la presqu’île d’Ambato et sa multitude de villages de pêcheurs, restent à programmer. Que ne dispose-t-on pas de plusieurs vies afin de profiter de tous les trésors cachés de la grande île !

 

Textes et photos : Richard Bohan

 

(article publié dans no comment magazine n°33 - Octobre 2012 ©no comment éditions

No comment&éditions est une maison d’édition malgache créée à Antananarivo en novembre 2011.

Elle publie principalement des livres sur Madagascar.

Ils sont distribués en librairie à Madagascar et en France.

Coordonnées à Madagascar : 2, rue Ratianarivo, immeuble Antsahavola, Antananarivo 101 - +261 20 22 334 34.

Coordonnées en France : 58, rue de Dunkerque, 75009 Paris - 06 12 75 51 06.

http://www.nocomment.mg

www.nocomment-editions.com

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article