AMBILOBE : La campagne sucrière s'annonce bien

Publié le par Alain GYRE

AMBILOBE :  La campagne sucrière s'annonce bien

 

1-sucre.jpg

 

Les activités à l’usine d’Ouest Sucre ont repris depuis le début du mois

 

La coupe des cannes débute au nord de l’Île. Les machines produc­trices de sucre commencent à tourner à plein régime.

 

La campagne sucrière a commencé dans la basse Maha­vavy (Ambilo­be), au début de ce mois. Les planteurs sont soulagés de pouvoir enfin livrer leurs cannes à l’usine Ouest Sucre, ex-Sirama. Les dates de  livraison ainsi que les quotas ont été déterminés à l’avance. Les cheminées de l’usine ont recommencé à cracher de grosses fumées blanches, signe que la campagne sucrière a bien démarré.

Aux alentours d’Ambilo­be où les surfaces sont couvertes de cannes, l’ambiance est au rendez-vous car la présente campagne booste l’économie de cette ville sucrière. 

Diverses activités, même culturelles, gravitent autour de cet événement, des emplois sont créés, et les commerçants sont les plus ravis car leurs chiffres d’affaires augmentent. 

La société achète, actuellement, la tonne de cannes à 57 000 ariary, un prix arbitraire susceptible d’augmenter suivant la production de sucre.

Selon des responsables d’Ouest Sucre, la campagne ne prendra fin qu’au  mois de novembre prochain. 

« Pour cette année, nous tablons sur une récolte de 265 000 tonnes de cannes, afin d’atteindre notre objectif fixé à 54 000 tonnes de sucre », a estimé Denda Aristide, directeur administratif de la société. Des chiffres en hausse par rapport à ceux de l’année dernière. 

Meilleure récolte

Ce dernier d’ajouter que douze jours après le lancement de la campagne sucrière, l’usine a déjà pu produire plus de 2 000 tonnes de sucre. Il a précisé que la campagne sucrière dans le district d’Ambilobe devrait être meil­leure par rapport à la campagne précédente. De même, les parcelles plantées de cannes sont en hausse, s’étendant même dans les communes environnantes. Les chiffres exacts ne sont pas disponibles auprès des différents services concernés, mais des spécialistes locaux ont avancé les 4 000 hectares de terrains cultivés.

Toutefois, des responsables d’Ouest Sucre ont souligné que 24 associations de planteurs locales n’ont pas encore honoré leur remboursement vis-à-vis de la société. 

De fait, celle-ci leur octroie des fonds, du carburant, des boutures de canne, et des engrais, chaque année, pour être remboursés sitôt la coupe entamée. Une réunion des deux parties, dirigée par le chef de district, Justin Tokely, s’est tenue pour éclaircir la situation. Des accords ont été conclus.

 

 

 

Raheriniaina

 

Lundi 22 juillet 2013

L’Express

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article