Analakely: Le cœur de la ville à l’agonie

Publié le par Alain GYRE

Analakely: Le cœur de la ville à l’agonie       

Samedi, 29 Juin 2013

Le cœur de la capitale, Anakely est célèbre pour son avenue, c’est aussi le berceau de l’histoire de l’île avec la place du 13-mai, à l’emplacement de l’actuel hôtel de ville. C’est aussi un véritable centre commercial avec ses galeries marchandes et boutiques en tout genre. Mais le triste constat est que le cœur de notre ville est à l’agonie. Car, Analakely aujourd’hui est devenu le squat des vendeurs illégaux, des voleurs à l’arraché et d’autres malfaiteurs.                                                                         

L’image du quartier est désormais associée à un embouteillage sans fin, vu que les rues sont bouchées par les vendeurs ambulants. Cet attroupement de la population favorise le développement des vols à l’arraché. On peut au moins se réjouir de la diminution des malfaiteurs grâce à une sérieuse collaboration entre les forces de l’ordre et le quartier.

 

Quand on s’hasarde dans les avenues d’Analakely, on ne peut être qu’écœuré par des odeurs nauséabondes d’urine et d’excréments qui ont trouvé leurs places en pleine avenue. C’est une image frappante surtout pour les étrangers de passage. Selon l’adjoint du chef fokontany d’Analakely, c’est surtout les vendeurs dans les rues qui salissent le quartier en jetant leurs ordures ici et là et en faisant leurs besoins n’importe où. Pourtant, les responsables du quartier essayent tant bien que mal de respecter la propreté mais c’est une mission difficile. En effet, le fokontany n’a le moyen d’employer que 8 balayeurs, ce qui est insuffisant quand on voit l’immensité de ce quartier.                                                                                                                 

 

A part le fokontany, la commune urbaine d’Antananarivo devrait revoir de près le nettoyage et le respect de la propreté dans ce quartier incontournable aussi bien pour les résidents que les visiteurs. Car il n’est pas bon pour notre image qu’on associe ce quartier à un WC en plein air.

 

Yanne L.

La Gazette

 

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article