Andoharanofotsy : Le pousse-pousse tient tête au taxi-be

Publié le par Alain GYRE

Andoharanofotsy : Le pousse-pousse tient tête au taxi-be

 

1-pousse-pousse.jpg

 

Les usagers sont partagés entre l’utilisation du pousse-pousse, patrimoine écologique plus coûteux, et le taxi-be, rapide mais polluant

 

Face aux projets d'extension des lignes de taxi-be, les tireurs de pousse-pousse d'Andoharanofotsy tentent de résister. Les avis des usagers divergent.

 

Une vingtaine de tireurs de pousse-pousse desservent, chaque jour, six fokontany dans la commune d'Andoharanofotsy, entre autres Volotara, Mahala­volona, Ambohimanala, Ankazo, Bevalala ainsi que le trajet entre Andoha­ranofotsy et Ambohijanaka. Quelques chauffeurs de taxi-be souhaitent étendre leurs trajets face à ce gros marché. « Nous avons lancé une proposition pour assurer nos services dans ces fokontany depuis plusieurs semaines. Mais le président de notre coopérative hésite à trancher », a déclaré un chauffeur de taxi-be assurant le trajet Andoharanofotsy à la capitale.

Face à cette intention des chauffeurs, les tireurs de pousse-pousse profèrent

d'ores et déjà des menaces si cette extension de ligne se concrétise. « Nous faisons vivre une centaine de personnes tous les jours. Si un tel projet se concrétise, nous allons bloquer l'entrée dans ces fokontany », a indiqué Thierry Rainizanamanana, tireur de pousse-pousse, samedi.

Les usagers de cette voiturette légère à deux roues réagissent différemment face à ce débat.

Partagé

« Le pousse-pousse fait partie du patrimoine d'Antananarivo. Si le taxibe fait son entrée dans ces fokontany, nous allons assister à la disparition de ce patrimoine. À ma connaissance, la commune d'Andoharanofotsy est l'une des rares communes qui utilise encore officiellement ce moyen de transport humain, mais non pas de marchandises, dans la région Analamanga. D'autant plus que c'est un moyen de transport plus écologique que les taxibe », a relaté Michel Andrianiavomanana, habitant à Ankazo.

Certains habitants se plaignent, par contre, du coût de transport de ces pousse-pousse. « Le ticket minimum d'un pousse-pousse est de cinq cent ariary. Le trajet Andoharanofotsy- Bevalala coûte par contre deux mille ariary. Il n'y a que deux taxibe qui assurent ce trajet. Ceux-ci relient Ankadivoribe à la capitale en passant par Andoha­ranofotsy », souligne un habitant dans le fokontany de Volotara. Une source auprès de la commune d'Andoha­ranofotsy a indiqué que le projet d'extension de ligne sur cet axe Andoha­ranofotsy-Bevalala avait déjà eu lieu, mais les tireurs de pousse-pousse ont érigé un barrage. « Il faut une rude négociation avant d'envisager une autorisation aux taxibe d'entrer dans ces fokontany », a conclu la source auprès de la commune d'Andoha­ranofotsy.

 

Vonjy Radasimalala

 

Lundi 18 novembre 2013

L’Express

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article