Andrianary Ravelomanantsoa : Un homme de plume

Publié le par Alain GYRE

Andrianary Ravelomanantsoa : Un homme de plume       

Mardi, 04 Mars 2014

 

Depuis sa tendre enfance, Andrianary Ravelomanantsoa était un passionné de littérature, notamment, de poésie.

 

En 1963, à 13 ans, l’écrivain avait déjà à son actif de nombreuses poésies en classe. Quelques années plus tard, en 1968, il est devenu membre de l’Union des poètes et écrivains malgaches (Havatsa UPEM).

 

Evoquant la réalité malgache, Andrianary Ravelomanantsoa véhicule plutôt la poésie relative à la liberté pour la Grande Ile, à la culture malgache et  aux savoirs locaux. Ainsi, il s’est inspiré de ses proches, comme sa femme et ses enfants. De plus, il est très passionné et fut inspiré par d’autres écrivains comme Rabearivelo, Dox, Rado, Ny Havana Ramanantoanina, ED Andriamalala, Randja Zanamihoatra, Mompera Rahajarizafy, ainsi que par quelques écrivains étrangers comme Molière.

 

De plus, il a écrit des pièces radiophoniques, comme « Fon-dreny », « Fahafahana », « Rano am-pasika », « Ireny rehetra ireny », « Vady rain-janako », diffusées par la RNM et la Radio Don Bosco. Une de ses pièces théâtrales à savoir « Fisaka ny Marina », a été déjà interprétée par la troupe théâtrale Lisin’Iarivo à l’amphithéâtre Isotry. Et plusieurs de ses œuvres ont été publiées dans les journaux comme « Johary Lava Volo » et « Mpivahiny ».

 

Depuis qu’il est membre de l’UPEM, il n’a pas manqué de participer à plusieurs expositions organisées par l’institution, lesquelles comme à l’accoutumée, se tiendront au Tahala Rarihasina.

 

Notons qu’Andrianary Ravelomanantsoa est né le 27 novembre 1950. Actuellement, il dispose d’environ 200 poèmes et quelques pièces. Pour cette année, l’homme de plume projette d’éditer ses œuvres dans un seul ouvrage. Sachons qu’il est très connu dans le monde de la littérature, ses adeptes le connaissent et le découvrent à chaque exposition. Mais il est fait aussi partie de la génération et de la promotion des Raharison, Rakotosonina Emerlada, Régis Rajemisa Raolison, …

 

Dans une récente allocution, l’auteur a mis en exergue l’importance de la littérature ainsi que la place des livres dans l’éducation cadrant dans le développement du pays. La Grande Ile a une grande place en termes de littérature et a l’avantage d’être peuplée d’artistes, d’écrivains et de poètes. Mais la plupart d’entre eux restent encore méconnus. La publication de leurs œuvres est très limitée à cause de la difficulté sur l’édition. De plus, les gens n’achètent pas  de livres à cause du coût. Pourtant, si le coût était accessible à tout le monde, les livres constitueraient des dispositifs d’enseignement très efficaces. A cet effet, il incite les responsables, notamment l’Etat à déployer des efforts pour la production des livres. Car les livres sont des patrimoines qui restent et ne nécessitent pas l’accès à la technologie, notamment pour les ruraux. De plus, ce sont des patrimoines qu’on peut léguer aux futures générations.

 

R.V.

La Gazette

 

 

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article