Anjozorobe: Une destination historique et culturelle

Publié le par Alain GYRE

Anjozorobe: Une destination historique et culturelle

     

 

Mardi, 12 Février 2013

1-anjorozobe.jpg

La valorisation des ressources rurales font partie des approches des leaders dans les communes rurales et districts. Le but étant de développer la région avec ses ressources naturelles. C’est d’ailleurs la stratégie que Lova Andriamanantsoa, maire d’Anjorozobe a mis en place depuis qu’il est à la tête de « sa » région. Cette personnalité a, entre autres, mis en exergue tous les secteurs existants dans son fief à savoir l’agriculture, l’élevage, le tourisme et même les valeurs culturelles et religieuses (comme le cas d’Anosivolakely).

Selon donc les dires du maire, « le secteur tourisme apporte un peu d’argent dans la caisse de la commune. Raison pour laquelle, la commune essaie de travailler avec les institutions relatives au secteur dont l’hôtellerie, les guides, et surtout les personnels des parcs, pour développer ce secteur à tout prix. Selon les statistiques, le parc attire environ 1.600 touristes par an ».

« Le parc fait partie du symbole d’Anjorozobe et même de la capitale », a-t-il ajouté lors dans son allocution. Tout d’abord, le district est connu pour sa forêt naturelle qui abrite plusieurs espèces animales et végétales dont la plupart sont endémiques. De plus, il dispose de patrimoines historiques et culturels. Selon des documents d’histoire, Anjozorobe a été fondée par le roi Andrianampoinimerina et fait référence à l'angle sacré tourné au Nord-est (zoro) dans la religion traditionnelle. Une seconde interprétation veut que le nom vienne du mot « zozoro » désignant les roseaux, poussant sur les sites marécageux de la région. De plus, la zone est marquée par la présence des grottes, des tombeaux et autres lieux sacrés jusqu'à l'intérieur de la forêt naturelle d'Anjozorobe. En d'autres termes, cette forêt revêt un caractère sacré pour la population autochtone. Ce qui a grandement aidé à la mise en place d’un projet de préservation.

A part cela, la zone d’Anjozorobe comprend des étendues de plaines, de collines et de forêts. Cet ensemble forme un paysage exceptionnel où la nature règne en maître. Le tout s'étend sur une surface totale de 52.000 ha. Avec le soutien des habitants, les projets de conservation connaissent un fort succès. C'est ainsi qu'est née la nouvelle aire protégée d'Anjozorobe, Angavo en 2005. Le corridor forestier s'étend sur une centaine de kilomètres à cheval entre les régions d'Analamanga et d'Alaotra Mangoro. Elle est classée dans la catégorie 5 des sites des paysages harmonieux protégés.

Il est à noter que la forêt abrite 9 espèces de lémuriens et 75 espèces d'orchidées, sans compter les reptiles, les amphibiens, les rongeurs et autres micromammifères, selon les recensements de l’ONG Fanamby. « En somme, la richesse présente à Anjozorobe est un atout incontournable pour la zone », a conclu le maire. Raison pour laquelle, divers programmes et sensibilisations sont au programme cette année dans l’espoir de doubler le nombre des touristes.

R.V.

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article

meranthe.s 13/02/2013 07:03

A retenir pour un prochain voyage !!!!