Antananarivo : L'escalier Razafindrazay s'effondre

Publié le par Alain GYRE

Antananarivo :  L'escalier Razafindrazay s'effondre

  1-escalier.jpg

L’effondrement de 15 marches de l’escalier Razafindrazay soumet les usagers à un parcours acrobatique dangereux

 

L'escalier reliant Mahamasina à Andohalo devient impraticable à cause de l'effondrement de quelques marches. Les usagers interpellent les autorités.

 

Les amateurs de marche, les sportifs, les touristes et les usagers de

l'escalier Razafindrazay ou l'escalier de quatre cent seize marches doivent trouver un autre chemin pour rejoindre Andohalo ou descendre vers Mahamasina. Une partie des marches, quinze au total, de cet escalier s’est effondrée dans la nuit du vendredi. « Ce sont les quelques marches déjà endommagées qui se sont écroulées. Selon notre analyse, ces marches sont victimes de vandalisme. Nous avons aperçu quelques traces de barre à mine sur les quelques moellons. Les riverains nous ont aussi confié qu'ils avaient entendu des bruits de marteau cette nuit », a fait savoir Zo Christian Andriantsilavo, directeur des travaux et de la maintenance des infrastructures (DTMI) au sein de la commune urbaine d'Antananarivo (CUA) hier.

Aucune date n'a été encore avancée par ce premier responsable des travaux et de la maintenance des infrastructures de la CUA pour réhabiliter cet escalier. « Les études techniques sur cet escalier Razafindrazay sont déjà sur le point d'être bouclées. Mais des négociations sont en cours sur le tracé à suivre. Le financement des travaux reste aussi un suspense, même si l'État est déjà interpellé. Il faut en moyenne une trentaine de millions d'ariary pour le réhabiliter », a souligné le DTMI.

Complexe

Plusieurs scénarios semblent ainsi déjà envisagés pour réhabiliter cet escalier Razafindrazay. L'un d'entre eux serait la création d'une passerelle sur la partie des marches effondrées. Ces marches reposent, en effet, sur du granite qui est aussi une source d'eau, fragilisant davantage l'infrastructure. De l'autre côté, l'église catholique d'Andohalo a également demandé la déviation de cet escalier pour sécuriser son patrimoine. « Il faut encore effectuer une table ronde avant de prendre une décision car cet escalier est un patrimoine », a ajouté Zo Christian Andriantsilavo.

Les riverains interpellent aussi les responsables pour réhabiliter dans le plus bref délai cet escalier, notamment avant l'arrivée des pluies. « Il faut payer cinquante à cinq cents ariary aux jeunes qui tentent de réhabiliter sommairement cet escalier si vous souhaitez descendre à Mahamasina, ou monter vers Andohalo », se plaint Henri Randrianarisoa, l’un des usagers de cet escalier de quatre cent seize marches. L'escalier endommagé devient ainsi une autre source de revenu pour les jeunes des alentours. « Nous gagnons en moyenne cinq mille ariary par jour pour accompagner les gens à traverser ces marches qui se sont effondrées », a confié Simon Rajesison.

 

Vonjy Radasimalala

 

Lundi 12 août 2013

L’Express

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article