Antoetra-Zafimaniry : Lutte contre la déscolarisation en milieu rurale

Publié le par Alain GYRE

Antoetra-Zafimaniry : Lutte contre la déscolarisation en milieu rurale l’association humanitaire Babakoto-France au front …

19/04/2013

 1-ecole.jpg

La contribution à la lutte contre la déscolarisation en milieu rural pour l’association humanitaire Babakoto-France, n’est pas seulement un leitmotiv durant ses 10 ans de présence dans la commune rurale d’Antoetra-Zafimaniry.

L’association a décidé de faire école et de promouvoir l’éducation dans la commune rurale d’Antoetra-Zafimaniry, une localité enclavée et désertée par les projets et programmes de développement qui préfèrent travailler dans les zones d’accès faciles pour prétendre avoir de meilleurs résultats.

28 bâtiments. L’association humanitaire Babakoto-France est présente à Antoetra, une commune de plus de 14 000 habitants, depuis 2002. Ce groupement intervient plus particulièrement dans le domaine de l’éducation et de la santé. Pour ce qui est du domaine de l’éducation, l’association s’est fixée comme objectif de reconstruire selon les normes anti-cycloniques, toutes les écoles primaires publiques et privées de la commune, soit 28. Des bâtiments fragilisés qui au moindre cataclysme naturel étaient soit endommagés ou entièrement détruits. Causant ainsi la déperdition scolaire de nombreux élèves. Avant 2002, se souvient Kotoniaina Rafanomeza dit Maurice, maire d’Antoetra-Zafimaniry, les 28 écoles primaires publiques étaient des constructions précaires. La majorité d’entre elles, étaient endommagées par les cataclysmes naturels. Les élèves étaient donc obligés d’abandonner leurs cours, voire la déscolarisation, avant même, d’atteindre le niveau secondaire. Actuellement, ce n’est plus le cas, se réjouit le maire, avec les nouveaux bâtiments construits selon les normes anti-cycloniques par l’association et les habitants.

Chiffres. Quelques chiffres à l’appui, en 2002, tout au début de la présence de l’association humanitaire Babakoto-France à Antoetra, le CEG n’était fréquenté que par 57 élèves. Par la suite, pour l’année scolaire 2012 - 2013, 370 élèves fréquentaient cet établissement. C’est dire que le taux de déperdition scolaire a baissé du moins du primaire jusqu’au CEG et l’assiduité des élèves s’est améliorée. En 2002, aucun élève n’avait réussi son BEPC. Contrairement à l’année 2012, où 34 élèves ont décroché leur BEPC.

Travail des enfants. Pour la lutte contre le travail des jeunes enfants, l’association humanitaire Babakoto-France apporte son soutien financier à un centre de promotion socio-économique d’Ambositra, à travers des commandes et l’achat des table-bancs pour les écoles à Antoetra. Des fonds qui permettent à ce centre de poursuivre ses activités et de se faire une renommée. Ce centre récupère les enfants de la rue pour les former au métier de la menuiserie.

CHAN-MOUIE Jean Anastase

Midi Madagasikara

 

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

barry 17/03/2016 01:09

Je suis ravis d'avoir decouvri ces idées développé par mes chère frères

Alain GYRE 17/03/2016 01:45

Merci, Alain