Antsiranana: la réhabilitation des routes en cours

Publié le par Alain GYRE

Antsiranana: La réhabilitation des routes en cours

     

 

Vendredi, 07 Septembre 2012

Le Vice Premier Ministre en charge du Développement et de l’Aménagement du Territoire, Hajo Andrianainarivelo a tenu ses promesses. En effet, les tâches d’aménagements de quelques routes communales de Diego sont en cours. Des travaux qui sont d’une grande importance pour la commune urbaine d’Antsiranana qui accueille, actuellement, la célébration des Journées Mondiales de la Jeunesse. Rappelons qu’il s’agit de la route communale Morafeno-Paul VI et de celle reliant la Route nationale 6 (Bazar Scama) et l’Usine Star Ambalavola.

Quant aux éventuelles raisons du retard de la finition des travaux, la Vice Primature en charge du Développement et de l’Aménagement du Territoire a précisé qu’elle a une vision à long terme.

A part sa contribution dans la célébration des JMJ, la VPDAT compte contribuer de près à l’amélioration de la vie socio-économique de la population de la commune urbaine d’Antsiranana. Aussi, selon cette institution étatique, les travaux ne doivent-ils pas être faits à la hâte afin d’éviter de refaire les mêmes chantiers après quelques mois.

Bazary kely : flambée des prix des marchandises

Comme il fallait s’y attendre, les prix des marchandises sur tous les étals de « Bazary Kely » et autres marchés de la ville d’Antsiranana ont affiché une hausse vertigineuse depuis l’arrivée massive des participants à la VIIème édition des journées mondiales de la jeunesse (JMJ). A titre d’exemple, le prix du kilo des poissons a connu une hausse de près de 80%, tandis que certains produits s’achètent deux ou trois plus que leurs prix habituels. Et il n’y a pas que les commerçants qui profitent de la situation. Les chauffeurs de taxis, entre autres ceux des motocycles, ont carrément enlevé les plaques indiquant le tarif habituel qui est, faut-il le signaler, 500 Ar par course et par personne. Depuis mercredi, le prix d’une course a doublé voire triplé et ce, en fonction de la distance à parcourir. Profiter au maximum de ce grand rassemblement, tel semble le mot d’ordre que se sont donnés les chauffeurs et les commerçants. D’autant plus qu’aucune loi ne leur interdit de profiter de la situation, sinon celle de l’offre et de la demande.

Contribution des autorités locales

Puisque l’on parle des JMJ, des problèmes ont été enregistrés au niveau de l’organisation, entre autres celui de l’approvisionnement en eau des sites où sont répartis les participants. A ce sujet, le chef de Région Diana d’expliquer qu’une telle difficulté n’aurait pas dû se produire dans la mesure où le vice-président du Cst, Mounibou Patrick, à lui seul a mis au service de ces pèlerins 20 réservoirs «Makiplast » de 1.000 litres chacun. Pour ce qui est des toilettes, le fait est là, on n’y peut rien. Mais les responsables communaux en ont pris bonne note. «Tsy môramôra manano raha » littéralement, «il n’est pas facile de préparer un tel évènement», a-t-on déclaré. Quoi qu’il en soit, l’effervescence où se mêlent la fête et la dévotion est au rendez-vous dans la capitale du Nord et ce pour plusieurs jours encore.

S.I.

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article