ANTSIRANANA : Saisie d'une centaine de reptiles à Arrachart

Publié le par Alain GYRE

ANTSIRANANA : Saisie d'une centaine de reptiles à Arrachart

 

 1-reptiles.jpg

Souvent, les animaux interceptés sont dissimulés dans des pochettes ou des bouteilles

 

Arrestation d'un Malgache d'origine indienne à l'aéroport d'Arrachart avant-hier. Il allait expédier trente-cinq iguanes et soixante-quatre lézards lorsqu'il s'est fait cueillir. Le suspect a balancé son point focal.

 

Belle prise de la gendarmerie à l'aéroport d'Antsi­ranana. Dans la matinée de mardi, aux alentours de 9h30, les éléments de la compagnie frontalière ont mis la main sur une centaine de reptiles dont soixante-quatre lézards et trente-cinq iguanes. De source auprès de la gendarmerie, ces ani­maux au sang froid allaient être envoyés par avion sur Tana ,lorsque les éléments de l'aéroport d'Arrachart ont découvert le pot-aux-roses.

Le trafic a été mis à nu, lors d'une fouille avant l'embarquement. Un Malgache d'origine indienne, âgé de cin­quante-huit ans, était sur le point de se glisser à travers les mailles des filets lorsqu'il a été interpellé.

Les informations communiquées au téléphone hier soir révèlent que le suspect a dénoncé son point focal à Tana, une femme répondant à un nom espagnol. Cette dernière serait la destinataire des colis contenant les reptiles, a déclaré l'individu appréhendé. D'ailleurs, il avait son numéro de téléphone. Lorsque les gendarmes ont effectué un appel, cette femme n’a pas été pourtant joignable.

Trafic à l'international

Ces reptiles ont été saisis faute d'autorisation. En essayant de trouver une échappatoire, le quinquagénaire aurait mis en avant que celle-ci sera envoyée par taxi-brousse. Au final, la pièce parvenue ne correspondait pas à celle requise pour les animaux interceptés.

Les reptiles retrouvés ont été mis aux bons soins du service local du ministère de l'Environnement Forêt. Aux dernières nouvelles, ils ont été relâchés dans la nature. Lorsque la gendarmerie en a fini avec lui, le suspect a été pour sa part entendu par les autorités auprès du service de la faune.

La thèse d'un trafic à l'international n'est pas en revanche à exclure d'après les enquêteurs. Selon les informations recueillies, de pareils animaux seraient envoyés en contrebande vers l'Asie du Sud-Est comme en Malaisie où ils sont vendus à plus de 500 dollars dans des boutiques d'animaux de compagnie. Bon nombre de trafics effectués depuis Madagascar ont déjà été portés au grand jour à l'aéroport international de Kuala Lumpur.

 

Seth Andriamarohasina

 

Mercredi 04 decembre 2013

L’Express

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article