Aquaculture du crabe de mangrove – Un potentiel mal exploité

Publié le par Alain GYRE

Aquaculture du crabe de mangrove – Un potentiel mal exploité

 eco-300x139.jpg

Le Groupement des exportateurs des produits de mer (Gexpromer) prévoit prochainement d’ouvrir de nouvelles activités aquacoles  à Madagascar, en particulier sur l’aquaculture du crabe de mangrove, dans le cadre d’une politique de diversification des activités de production.  Cette entreprise est à la recherche de techniciens, experts dans ce domaine pour mettre en œuvre un projet pilote sur l’élevage de crabe de mangrove dans la Grande île. Seulement, il existe peu de savoir- faire sur cette espèce à Madagascar, a-t-on souligné. Par conséquent, le Groupement n’a pu bénéficier localement de l’assistance technique nécessaire, il a été contraint de rechercher un appui extérieur. A cet effet, le Gexpromer s’est appuyé sur l’Association Réunionnaise de Développement de l’Aquaculture (ARDA) comme « support technique et scientifique » pour initier ce programme de transfert de technologies sur l’aquaculture. « La mise en place d’un projet pilote est incontournable pour sécuriser le développement ultérieur de l’activité », a-t-on indiqué dans un communiqué publié hier.  La phase pilote est destinée à « apprendre » à élever les crabes de mangrove en vérifiant certaines hypothèses théoriques et en particulier l’atteinte d’objectifs techniques et économiques. Sa finalité est clairement de démontrer la faisabilité technico-économique de l’élevage du crabe de mangrove à Madagascar et de former les opérateurs concernés.

Ce projet pilote sera réalisé en partenariat étroit avec des opérateurs locaux (IOT, Copéfrito) et l’ARDA assurera la coordination générale de ce projet pilote en s’appuyant sur son équipe de direction (directeur de l’ARDA, directeur administratif et financier …) et sur le chef de projet. D’après les chiffres publiés par le programme sur la pêche en Afrique Smartfish, Madagascar produit près de 3.500 tonnes de crabes de mangroves par an. Par ailleurs, la Grande île dispose de près de 325.000 hectares de mangroves qui représentent un potentiel de production halieutique de près de 7.500 à 8.000 tonnes par an de crabes de mangroves, selon la même source. Toutefois, 2.500 à 3.500 tonnes par an seulement sont produites par la Grande île et ce, par la pêcherie traditionnelle effectuée à pied ou avec des pirogues non motorisées sur les mangroves.

 

Recueillis par Riana

Midi Madagascar

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article