Artisanat: Coup d'œil sur le balai "vita gasy"

Publié le par Alain GYRE

Artisanat: Coup d'œil sur le balai "vita gasy"

     

 

Vendredi, 08 Février 2013

1-balais.jpg  

Très utile et d'une simple maniabilité, le balai reste encore indissociable des ménages malgaches en dépit de la présence sur le marché d'instruments modernes pour le nettoyage.

Cela étant, le balai " vita gasy " fait partie des beaux œuvres d'art malgaches de par sa confection et du fait que le métier de fabricant de balai fait vivre son homme. Reportage.

Sur la route digue, du côté d'Andohatapenaka se trouve une petite famille de marchands de balais " vita gasy " venue de Behenjy, région de Vakinankaratra. De l'avis de l'un des membres de cette famille, le métier de marchand de balais est hérité des arrières-parents et continue d'être motivé par les générations qui se sont succédé. Etant donné que cette activité nourrit plus ou moins bien son homme, les " héritiers " ne pensent pas l'abandonner et continuent de le faire.

" Fabriquer un balai n'est ni difficile ni simple, c'est tout simplement un savoir-faire que nous avons hérité de nos parents. Nos enfants continuent à entreprendre ce métier car non seulement, c'est notre principale activité économique mais également, parce que les balais sont indispensables aussi bien en milieu rural qu'urbain (…) Comment nettoyer, en effet, un dépôt d'ordures avec un aspirateur ? ", a-t-il soulevé. Une façon comme une autre de dire qu'une forte concurrence s'installe entre les marchands de balais " vita gasy " et les magasins d'électroménagers qui ne cessent d'offrir des appareils de nettoyage modernes mais au bout du compte, chacun y trouve son… compte.

Le balai " vita gasy " est constitué de foins, de branches de bois, de cordes et de vis pour les attacher. La famille prélève ces matières premières pour la fabrication de balais à Behenjy, à Anjozorobe et dans la région Atsinanana pour les branches de bois. Le marché varie d'un moment à un autre et s'avère prolifique durant les périodes d'après-fêtes ou après le passage d'une catastrophe naturelle telle que le cyclone. 60% des ménages malgaches utilisent le balai " vita gasy ", sinon que la plupart du temps, le gros des clients sont des sociétés ou des institutions publiques d'assainissement se chargeant de la santé communautaire comme les communes, les arrondissements, les fokontany, les divers ministères et la liste n'est pas close.

En une journée, chaque membre arrive à fabriquer près d'une centaine de balais dont une soixantaine de taille moyenne taille et le reste de grande taille. Bien souvent, des fabricants de balais de Behenjy arrivent à confectionner 700 à 800 unités qu'ils revendent dans la capitale. Dans ce cas, chaque déplacement peut leur coûter 20.000Ar, faisant ainsi que les bénéfices sont peu par rapport aux dépenses faites : 150 à 300 Ar seulement par balai de taille moyenne et 1.500 à 1.800Ar par balai de grande taille ".

Ainsi, le principal problème rencontré par les fabricants de balais est la non-existence de places plus appropriées leur permettant d'exécuter en mieux leur métier. Ils souhaitent par ailleurs faire parvenir aux autorités compétentes et aux responsables leur souhait de bien vouloir leur attribuer un marché comme pour tous les autres marchands.

Niony H.

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article