Artisanat: Le "vita malagasy" commence à prendre place !

Publié le par Alain GYRE

Artisanat: Le "vita malagasy" commence à prendre place !

     

 

Mardi, 05 Février 2013

Depuis la récente Foire internationale de Madagascar (FIM), les produits de la Grande Ile, du plus petit aux plus grands monuments d'œuvres artistiques malgaches, disposeraient de toutes les qualités requises pour prétendre concourir sur le plan international.

Ce qui, à n'en pas douter, constitue un très grand avantage économique pour le pays.

En effet, malgré que les 20 millions de Malgaches supportent toujours les effets d'une crise interminable notamment sur le plan socioéconomique et que la plupart vivent sous le seuil de la pauvreté, il appert que les produits locaux, malgré leur cherté, commencent à prendre place sur le marché national. Depuis une enquête micro-trottoir que notre équipe a entretenue, nombreux sont ceux qui n'ont pas manqué de spécifier que le " vita malagasy " est très spécial de par sa qualité et sa durabilité. Rien de plus logique donc si son prix est hors de portée des petites bourses.

"En tant que mère de famille, je mets une plus grande attention sur la qualité des produits que ma famille et moi utilisons. C'est pour cela que, quand nous en avons les moyens (financiers), on n'hésite pas à privilégier le 'vita malagasy'. C'est plus qu'original par rapport à ceux importés qui sont souvent d'apparence trompeuse et sans originalité (…) La cherté de nos produits est inévitable puisque les matières premières utilisées sont d'une très haute qualité (…) Cela étant, on se satisfait de ces caractéristiques uniques au monde que nos produits disposent mais surtout, on contribue à la promotion de l'artisanat malgache en particulier, et à l'accroissement de la balance économique de notre pays en général", a déclaré Maminirina.

Minah, une gérante de boutique de mode artisanale malgache, nous a expliqué que si auparavant le marché des produits locaux était très mauvais, actuellement il commence à prendre sa place sur le plan national. "Avant, c'étaient toujours les touristes étrangers qui sont attirés par les produits malgaches. C'étaient eux qui savaient quelles opportunités procurent l'appropriation de telles œuvres artisanales (…) Actuellement, ils (les touristes étrangers) ne constituent plus que 5% de nos clients, non parce qu'ils ont diminué mais plutôt parce que les Malgaches commencent à prendre conscience de la valeur du 'vita malagasy' et viennent de plus en plus nombreux (…) Il se peut aussi que la réduction qu'on a entreprise au niveau des prix durant les fêtes (Christmas, nouvel An, Saint-Valentin…) y ait joué son rôle", a-t-elle avancé. A titre d'information, les prix des produits artisanaux dans cette boutique de mode s'étalent comme suit : les bijoux faits de cornes de bœufs de 7.000Ar à 20.000Ar, les sandales et chaussures en cuir de 30.000Ar à 150.000Ar, les paniers en raphia de 10.000Ar à 25.000Ar , les sacs en cuir de 50.000Ar à 250.000Ar, et les habits en soie de 20.000Ar à 60.000Ar.

Cela étant, la hausse des prix des produits locaux ne consiste en aucun cas à enrichir les artisans de la Grande Ile qui ne constituent que 10% de la population malgache, mais plutôt à contribuer au développement durable de Madagascar grâce à la promotion des richesses culturelles et cultuelles par la mise en valeur des produits locaux.

Niony H.

La Fazette

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article