"Au bord des ombres qui stagnent" Jean-Joseph Rabearivelo

Publié le par Alain GYRE

Au bord des ombres qui stagnent,

sur des digues

dures et nues comme les roches,

mais où croissent des herbes précoces,

des pêcheurs sans nombre s’alignent

et jettent la ligne.

 

Des cimes qui s’arrondissent

comme des fruits qui mûrissent,

aux vallons qui s’allongent et deviennent plus humides

que les melons,

se suscitent des fuites d’oiseaux furtifs

et des dérives de clarté aveugle

qui effraient pareillement

et empêchent de mordre.

 

Maîtres du destin

et ne s’inquiétant de rien,

les pêcheurs s’interpellent de leur voix d’ombre

pour tendre les filets

dans lesquels ils rendront à la mer

ces poissons d’argent et de pourpre

qui se faufilent, insaisissables, à travers l’azur.

 

 

Eo amoron’ny aloka miandrona

ambony valamparihy

mafy sy mihanjaka toy ny vatolampy,

nefa anirian’ny ahi-maroroka,

dia misy mpanjono tsy hita isa milahatra

sy manipy fintana.

 

Ary any an-tendrombohitra mihavory

toa voankazo mihamasaka,

ka hatreny an-dohasaha mihalava sy mihamando

mihoatra noho ny voantango,

dia misy losi-boro-mangina

ary fivilim-pahazavana jamba

izay samy manaitra ny trondo

ka tsy mampanaikitra azy.

 

Tompon’ny vintana

ary tsy manahy na inona na inona,

mifampiantso amin’ny feony aloka ny mpanjono

mba hamelatra ny harato

hamerenany any an-dranomasina

an’ireto trondro volafotsy sy jaky

izay miporitsaka, tsy azo, eran’ny lanitra.

 

Jean-Joseph Rabearivelo

Traduit de La Nuit

Nadika tamin’ny Alina

Editions Tsipika

 

Commenter cet article