AVC: Bien manger pour bien vivre

Publié le par Alain GYRE

AVC: Bien manger pour bien vivre       

Mercredi, 30 Octobre 2013

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) tuent ou peuvent laisser des séquelles irréversibles. C’est la première cause de handicap chez les adultes, et la seconde cause de démence.

 

Les AVC sont responsables de deux fois plus de morts que la circulation automobile. Ils sont la 3ème cause de mortalité en France après le cancer. Et encore, le nombre d'AVC augmente avec l'âge en étant largement supérieur à celui de l'infarctus, sans oublier que les AVC sont responsables de nombreuses

 

séquelles. Les hommes, notamment ceux de plus de 65 ans, sont plus exposés que les femmes. Un homme a 30 % de risques supplémentaires d’en être atteint, spécialement après 65 ans. Des chiffres effrayants, dans la mesure où les accidents vasculaires sont aussi la première cause de mortalité chez les femmes.

 

Les AVC peuvent également toucher des personnes plus jeunes. Environ 10% des nouveaux cas d'AVC concernent un jeune : 10.000 à 15.000 personnes de moins de 45 ans sont atteintes chaque année par un AVC. La probabilité d'en être victime double par tranche de 10 ans. Pourtant, plus d'un tiers des séquelles liées aux accidents vasculaires et de nombreux décès pourraient être évités.

 

A Antananarivo, 232 personnes sur 100.000 sont atteintes d’AVC. Pourtant, cette pathologie est souvent ignorée ou négligée. Tandis que 10% de la population française sont concernés par la maladie, les AVC ont touché 53% des Malgaches en 2008. L’alcoolisme et le tabagisme sont les plus importants facteurs de risque entraînant les AVC et l’hypertension. 19,51% des alcooliques sont victimes d'AVC contre 8,3% des non buveurs. Sans oublier le manque d'activité physique et le stress.

 

Célébrée chaque 29 octobre depuis 2003, la journée mondiale de lutte contre l’AVC consiste à sensibiliser le maximum de personnes à cette grande cause de santé publique en incitant la population à se faire consulter dès l'apparition des premiers symptômes. Une raideur à la nuque ou une quelconque migraine dans cette partie, il est préférable d’aller voir un docteur. Par ailleurs, limiter les graisses d’origine animale, adopter les aliments à forte teneur en acides gras oméga 3 comme le poisson par exemple, augmenter la consommation de micronutriments naturels et de fibres (fruits, légumes et céréales : le soja…) et limiter la consommation de cholestérol alimentaire, limiter les jaunes d’œufs (à raison de 2 œufs par semaine par exemple) ainsi que les abats peuvent déjà éviter les AVC.

 

NIR

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article