Avec Ambatovy, Madagascar veut jouer les premiers rôles dans les secteurs du nickel et du cobalt

Publié le par Alain GYRE

RFI Madagascar - Article publié le : dimanche 07 octobre 2012

Avec Ambatovy, Madagascar veut jouer les premiers rôles dans les secteurs du nickel et du cobalt

mada-cobalt-nickel_0.jpg

 

Le chantier d'un futur pipeline reliant le site d'Ambatovy, le 18 septembre 2008.

AFP/Roberto Schmidt

Par RFI

A Madagascar, le plus grand projet minier du pays a officiellement été lancé samedi 6 octobre, dans l’est de l’île. Une importante délégation gouvernementale, conduite par le président de la transition, Andry Rajoelina, était à Toamasina pour célébrer la mise en route du projet Ambatovy. Il devrait permettre à Madagascar de devenir le deuxième producteur et exportateur mondial de nickel et de cobalt.

Près de 60 000 tonnes de nickel et 5 600 tonnes de cobalt par an. Et cela pendant au moins 29 ans. Voilà ce qui sera exploité sur le site d’Ambatovy. Un projet canadien, coréen et japonais gigantesque, qui a nécessité plus de 5,5 milliards de dollars d’investissement, et qui devrait faire du nickel, le premier produit exporté de Madagascar.

Ce n’est pourtant qu’il y a trois semaines et après des négociations serrées que l’entreprise a obtenu son permis d’opérer. Une autorisation provisoire de six mois renouvelable en échange d’une caution environnementale : 50 millions de dollars en cas de dégâts. Car le sujet a déjà fait polémique. Des agriculteurs ont accusé Ambatovy d’avoir endommagé leurs cultures avec des pesticides.

Mais ce projet pour l’Etat malgache, c’est aussi des milliers d’emplois - 6000 dont 3500 directs doivent être créés - et des revenus. L’équivalent de près de 50 millions de dollars de taxes lui seront versés chaque année pendant 10 ans. Sans compter les 25 millions donnés pour des investissements sociaux. Des projets dans les domaines de l’agriculture, de l’éducation ou encore de la santé dont certains seront prochainement inaugurés. Le président de la transition s’en est félicité, alors que les prochaines élections présidentielles sont officiellement prévues pour mai prochain.

 

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article