Bà Gasy: Bariliva tire sa révérence

Publié le par Alain GYRE

Bà Gasy : Bariliva tire sa révérence

     

 

Lundi, 12 Novembre 2012

Les groupes Feo Gasy et Kolibera sont en deuil car le valihiste et interprète Bariliva décéda hier matin à l'âge de 50 ans.

Bariliva Rasoavatsara est depuis quelques années le valihiste attitré de Feo gasy. Avant tout, cet organiste de paroisse, a été un admirateur avant d'en être le musicien. Il se souvient encore jusqu'à maintenant qu'en voyant le groupe jouer, il en avait littéralement les larmes aux yeux. Mais son histoire avec la musique remonte à très loin. À l'âge de sept ans, il s'intéresse de près à la musique classique sous les ailes du professeur Jean-Bernarson. Il était en classe de septième et était plutôt tourné vers le piano qu'il adopte dès ses six ans.

Cependant, il s'instruisait à la malgache, c'est-à-dire à l'écoute. Encore rien de volcanique. Mais Bariliva Rasoavatsara, étudiant au lycée Gallieni à Andohalo plus précisément, est un amateur des prestations de la troupe artistique du lycée dénommée Vaomaintilany, sous la baguette de l'inoubliable Prosper Ralaiarimanana. En 1980, il part pour la France et débarque à Bordeaux pour poursuivre ses études. Le moment ultime de sa carrière de musicien et surtout de joueur de valiha. Comme les choses n'arrivent jamais par hasard. Sa sœur voulait faire venir une valiha de Madagascar. C'est chez Sylvestre Randafison qui deviendra plus tard son mentor que son père s'en est procuré une. En guise de cadeau, ce dernier a fait accompagner les partitions de l'Afindrafindrao dans le colis. Bariliva Rasoavatsara, pour faire passer le temps, gratte la valiha en suivant les notes. La valiha est plus que jamais son instrument de prédilection. Il laissa derrière lui une veuve et trois petits férus d'équitation et de moto-cross. Nous présentons nos sincères condoléances à toute la famille et aux membres de son groupe. Là où il est, il continue de nous bercer avec le doux son de son valiha.

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article