Baobabs: Menacés par une forte pression humaine

Publié le par Alain GYRE

Baobabs: Menacés par une forte pression humaine       

Lundi, 16 Septembre 2013

 

Six des huit espèces de baobabs connues, sont endémiques de Madagascar et sept sont présentes sur l'île.

 

Ces espèces et les écosystèmes qui les abritent ont une immense valeur patrimoniale. Pourtant il se trouve qu' ils sont gravement menacés et sont classés par  l' UICN comme étant des espèces "en danger critique d'extinction".250.000 hectares de forêts de baobabs disparaissent chaque année à Madagascar. A ce rythme, les forêts auront complètement disparu d'ici  une décennie. Faire découvrir les bienfaits du Superfruit des Baobabs sur la santé, créer un revenu supplémentaire pour les communautés forestières et lutter contre la déforestation est le leitmotiv de l'association Pink Forest.  Le projet Baobab tente de valoriser le côté économique du fruit de baobab à Madagascar. Les baobabs sont des arbres aux moeurs forestières. Leur taille peut atteindre 30m de haut pour un diamètre de plus de 5m. Peut être beaucoup ne le savent pas mais ils tiennent une place importante dans la vie socio-économique et culturelle des villages où ils sont présents. Ils sont utiles pour diverses activités humaines, tel que le fourrage pour le bétail, l'alimentation, la couverture des habitations avec les fibres de l'écorce, la pharmacopée, la vente des produits issus des baobabs tells que miel, fruits, graines, l'artisanat et le tourisme. Les  baobabs font la réputation de la région du Menabe, Actuellement, les baobabs sont  menacés par les pratiques culturales itinérantes sur brûlis. La population de baobabs ont peine à se régénérer avec la forte pression des activités humaines sur leur habitat. Dans cette partie Ouest, la surface de la forêt sèche s'est vue réduire de 83.877 hectares en seulement 15 ans, soit 8.74% de sa surface totale. Cette déforestation massive est la conséquence d'un sous-développement de la région, de pratiques agricoles aujourd'hui inadaptées pour répondre aux besoins des populations. "Le projet Baobab - Madagascar" tente de donner  une valeur économique au fruit de baobab et encourage financièrement les communautés forestières à protéger leurs arbres et leurs ressources naturelles, ce qui est bon pour la forêt et la biodiversité. Les revenus que ces gens vont gagner par la récolte de fruits de Baobab va changer leur vie et leur permettre de " se payer des choses "

 

NIR

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article