Befandriana-Nord – De violentes explosions souterraines durent quatre jours

Publié le par Alain GYRE

Befandriana-Nord – De violentes explosions souterraines durent quatre jours

 

14.01.2014

 berentsina.jpg

Une série d’explosions souterraines a provoqué des secousses séismiques à Berentsina Befandriana-Nord. Tandis que les habitants ont évacué les lieux, les animaux ont fui.

 

Une vague de panique s’est emparée d’Am­bararata, dans le district de Befandriana-Nord. Pendant quatre jours, des explosions souterraines ont provoqué un séisme dans le village  de  Berentsina, situé à une quarantaine de kilomètres au nord du chef lieu de district.

Des explosions très violentes ont secoué Berentsina pendant les trois premiers jours, provoquant de terrifiantes secousses séismiques, selon les informations recueillies sur place.

«Ce cauchemar a commencé le 20 novembre. Le village a plongé dans la terreur pendant trois interminables jours », relate Philémon Ratsaraha­vana, habitant de Berentsina. À l’entendre, ces explosions souterraines se sont déchaînées sur le village, au moins une vingtaine de fois toutes les 24 heures, provoquant des tremblements de terre. Selon ses explications, leur puissance est d’autant plus effrayante la nuit.

« Dictés par leur instinct de survie, les animaux fuient avant que ces explosions ne surviennent. Lorsque le pire s’est produit, des villageois ont eux aussi évacué les lieux », enchaîne  Philémon Ratsarahavana.

Profanation

Le 18 décembre, le même phénomène s’est produit après près d’un mois d’accalmie.

«La fréquence et la puissance de ces explosions ont en revanche diminué », indique pour sa part le capitaine Léon Randriamanantena, commandant de la compagnie territoriale de la gendarmerie nationale à Mandritsara.

«Après cette dernière série d’explosions, le commandant de la brigade de la gendarmerie de Befandriana Nord, s’est rendu sur place accompagné du maire de la commune rurale d’Ambararata. Ils ont passé la nuit à Berentsina, mais curieusement, rien ne s’est produit. À leur départ, le lendemain vers 7 heures du matin, une faible déflagration a, en revanche, ébranlé le village », poursuit-il.

La source de ces explosions n’a pas encore été localisée d’après le commandant de compagnie. «Pensant qu’une profanation pourrait être à l’origine de ce phénomène, des notables et des augures ont fait ce qu’ils ont jugé nécessaire. De ce fait, des offrandes ont été offertes », indique le capitaine  Léon Randria­manantena.

«Des lieux sacrés sont vénérés à Ambararata. Le bruit court que des irrespectueux auraient bafoué ces endroits, suscitant ainsi la colère de leurs dignitaires », avance-t-il  au passage.

Curieusement, les explosions ont cessé, lorsque la cérémonie ancestrale et le sacrifice d’usage, a eu lieu.

«La vie des habitants a aujourd’hui retrouvé son cours normal. Par ailleurs, il faudrait qu’un géologue vienne sur place pour lever le mystère sur ce qui s’est passé, et y apporter au passage des explications scientifiques », conclut le capitaine Léon Randriamanantena.

L’Express

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article