Canne à sucre à Ambilobe: Aucun avenir pour les enfants

Publié le par Alain GYRE

Canne à sucre à Ambilobe: Aucun avenir pour les enfants           

Mercredi, 15 Janvier 2014 07:30

 

Les populations d’Ambilobe s’inquiètent actuellement de l’avenir de la filière canne à sucre. Plusieurs contextes perturbent la filière, comme le cas de la  difficulté  d’évacuation des cannes à cause de l'état lamentable de la route.

 

De plus, le coût de transport est cher. En plus, il faut payer les taxes et  les impôts. Pourtant,  la culture est menacée à cause de la présence  des animaux qui détruisent les plantes.  Un autre facteur  ce sont les feux de brousse intentionnels. A cet effet, la production de canne à sucre ne cesse de diminuer. Donc, les familles dépendant de la production de la canne n’arrivent plus à subvenir aux besoins de leurs familles. Autrement dit, la filière n’est plus rentable.  En  2010, Ambilobe produit 253 557 de cannes broyées, dont 22 117 tonnes de sucres et 24 680  d’Alcool (Hlap) selon le Centre Malgache de la Canne et du Sucre.

 

Face à cette situation les parents incitent leurs enfants d’aller à l’école pour avoir  d’autres débouchés pour leur avenir. A l’heure actuelle, selon nos sources, les parents  font la course pour insérer leurs enfants dans une école. Notons que ce n’était pas le cas auparavant. Les enfants sont obligés de perpétuer cette culture que les parents ont léguée de leurs ancêtres. D’ailleurs, la plantation de la canne à sucre relève et représente toute une culture et une histoire.

 

Sans oublier qu’Ambilobe dispose de sucreries, comme  l’usine Ouest Sucre, ex-Sirama. En général, la société  achète environ  265 000 tonnes de canne, et une tonne de canne coût environ 57 000 ariary.  Notons que le  prix arbitraire susceptible d’augmenter suivant la production de sucre.  Toutefois, la société travaille avec 24 associations de planteurs locaux.

 

R.V.

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article