Canonisation de Jacques Berthieu

Publié le par Alain GYRE

Canonisation de Jacques Berthieu: 100 000 personnes célébreront le 1er saint de l’océan Indien

     

 

Samedi, 13 Octobre 2012

50 000 à 100 000 personnes. C’est la large estimation de la communauté des jésuites pour ce qui est des catholiques, des chrétiens et non chrétiens attendus les 20 et 21 octobre prochains à Ambiatibe.

Ce site dans le district d’Anjozorobe où a été tué en 1896 le prêtre jésuite français Jacques Berthieu, accueillera cette foule, notamment pour la grande messe qui sera célébrée en même temps que celle où officiera le pape Benoît XVI à Rome le 21 octobre pour la canonisation de 7 nouveaux saints. Hier à l’épiscopat à Antanimena, l’évêque auxiliaire, Mgr Jean de Dieu Raoelison a expliqué : « Père Jacques Berthieu a toujours témoigné de sa foi en Dieu, surtout dans les circonstances difficiles qui ont exigé de lui de vivre et de montrer cette foi. La canonisation exhorte tout un chacun à vivre tous les jours en tant qu’homme nouveau parce que baptisé. La foi en Dieu a pour but la sainteté qui est une force de l’âme ». Pour père Berthieu, le provincial de la compagnie de Jésus à Madagascar, père Pierre André Ranaivoarson remarque que sa vie avait des correspondances avec celle du Christ : « Il a beaucoup aidé les indigents et malades, il a été attrapé par les Menalamba au moment où il aidait un malade à enfourcher son cheval, il a été torturé et tué. Bref, il a servi Dieu et son prochain avec amour et sa vie était comme un pèlerinage ».

Dans la tradition catholique, la canonisation est un acte du pape par lequel une personne défunte est mise dans le catalogue des saints. Elle se fait à la suite d’un long processus au bout duquel l’église reconnaît en cette personne un modèle de vie de foi matérialisée par l’amour sans faille de Dieu et du prochain. Pour arriver à ce stade, il faut aussi un ou deux miracles de guérison obtenus avec l’intercession de cette personne défunte auprès de Dieu. En 1990, la guérison miraculeuse de Jean François Régis Randriamiadana a été retenue par le Vatican pour le cas de père Berthieu. Empoisonné, cet homme n’avait plus de salive. Une neuvaine ou une prière dite 9 jours de suite et un peu d’eau de Mananara (là où a été tué le prêtre jésuite) mélangé à des plantes médicinales l’ont guéri. Béatifié en 1965 par le pape Paul VI lors du concile Vatican II, père Berthieu est qualifié comme le martyr de la foi, de la pureté et de l’amour du prochain. Sa canonisation correspond au 50ème anniversaire du concile Vatican II et au synode des évêques pour inaugurer l’année de la foi dans l’église catholique.

D’après les organisateurs, elle sera l’occasion de montrer que les Malagasy croient en Dieu, qu’ils aspirent à la paix dans un pays déchiré par une crise voulue d’un politique égoïste et d’un peuple affaibli par une pauvreté inhumaine et interminable. Jacques Berthieu sera le 1er saint de l’océan Indien et d’après les organisateurs des célébrations d’Ambiatibe, les Malagasy auront le privilège de vivre cet événement. Ils font donc appel à tous pour venir en masse sur ce site car les églises membres du FFKM croient toutes en la communauté des saints. Côté organisation, des parkings sont aménagés sur le site. Il en est de même pour l’accueil des pèlerins. La restauration sur place est également prévue ainsi qu’une bonne organisation pour la sécurité. Mais les organisateurs soulignent que les pèlerins devraient avoir conscience de faire un pèlerinage et focaliser ainsi leur attention sur leurs besoins spirituels.

Fanjanarivo

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article