CANTINE SCOLAIRE : Le haricot fortifié fait de l’effet sur les élèves

Publié le par Alain GYRE

CANTINE SCOLAIRE : Le haricot fortifié fait de l’effet sur les élèves

 1-cantine.jpg

Les élèves de l'EPP Ampasandratsarahoby disposent désormais d'un jardin scolaire pour leur cantine

 

Le projet farine, à base de haricot initié à l'EPP Ampasandratsarahoby aurait amélioré les conditions physiques des élèves. Quid de la continuité du projet ?

 

La lutte contre la malnutrition auprès des écoliers devient l'affaire de tous. L'Office national de la nutrition (ONN), le ministère de l'Agriculture et celui de l'Éducation nationale, se sont donné la main pour un projet pilote à l'école primaire publique (EPP) Ampasandratsarahoby.

Lancée au mois de mars, la farine à base de haricot qui a été servie aux élèves, trois fois par semaine, aurait fait de l’ effet, surtout dans leur condition physique.

« On a constaté que le haricot fortifié préparé par la cantine aux élèves, a marché. La preuve, on les a pesés au mois de mars, c'est à dire pendant le lancement du projet. Aujourd'hui, fin du projet, lors d’une évaluation du poids des élèves, on a remarqué qu’elle s’était améliorée et que les élèves avaient gagné 1 à 4 kilos », déclare la directrice de l'EPP Ampasandratsarahoby, Joëline Razafiarinivo.

Et elle d'ajouter que la motivation des élèves est également impressionnante depuis la mise en place de cette cantine scolaire. Il ne s'agit pas, en effet, du haricot que l'on trouve sur le marché.

Il résulte de la fécondation de différents haricots noirs, blancs, roses beiges,...importés dans des pays d'Afrique.

Éléments fortifiants

« C'est la transmission des caractères dans chacun des haricots qui donne ces éléments fortifiants. Une certaine catégorie est riche en fer et en vitamine, une autre en protéine, zinc et ainsi de suite. C'est pourquoi cette farine à base de haricot comporte tous les éléments dont a besoin l'enfant pour sa croissance », explique Hery Andria­mazaoro, du ministère de l'Agriculture. Selon lui, le pays ne pourra en produire que dans sept ou huit ans, mais le Centre National de la Recherche Appliquée au Développement Rural (FOFIFA) s’y attelle. Holy Raobelina, de l'ONN appelle à une négociation avec le ministère de l'Éducation nationale (MEN) pour introduire ce projet dans les cantines scolaires pour la prochaine rentrée. Ceci reste un point d'interrogation. «Ce projet est efficace et personnellement, je l'approuve. Seule­ment, son introduction dans le projet cantine scolaire du ministère demande du budget», a déclaré Rasoahoby Dôdy André, coordonnateur du projet cantine scolaire auprès du MEN. Toutefois, l'Office en charge de la nutrition mettra sur le marché la farine à base de haricot, pour lutter contre la malnutrition qui atteint plus de la moitié de la population.

 

 

 

Michella Raharisoa

 

Vendredi 12 juillet 2013

L’Express

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article