Ce que sera ma voix au moment de l’agonie - Samuel Ratany

Publié le par Alain GYRE

 Ce que sera ma voix au moment de l’agonie

 

Dis, ô ! Ma vie par la maladie agressée,

vas-tu à jamais me fermer les yeux ?

Dis, ô ! Tombe, vas-tu enfermer

dans les ténèbres ce corps-ci ?

 

Dis, ô ! Mon corps à la souffrance habitué

mon énergie d’antan va-t-elle s’effondre

et enfermé dans un réduit isolé

par une pierre et par la terre ma couche sera remplacée ?

 

O ! Mort concupiscente

qui ne te soucies de voir les cœurs qui se lamentent

réponds à mon inlassable question

quels sont donc tes gages ?

 

On ne voit pas les graines que tu as semées et déjà

Tu te targues d’être le maître du destin ;

tu n’as rien investi et pourtant

tu t’apprêtes à moissonner ce pour quoi tu ne

t’étais pas fatiguée.

 

Tais-toi, ô ! Mon cœur, vas-tu t’emporter,

Vas-tu la craindre quand elle arrive ?

Ma chair, oui ma chair,

N’est rien d’autre que poussière, une motte de terre.

 

Mon cœur, toi que la tombe ne saura vaincre,

à quoi bon t’interroger à ce propos ?

déploie tes ailes et vas…

parcourir ces chemins au-delà de la terre.

 

Car là-bas se trouve le Paradis ?

où il n’y aura plus ni tourments ni gémissements ;

Ecoulez-vous, ô ! mes dernières minutes,

car là-bas est l’endroit qui remplacera ce qui était ici.

 

21 août 1926

Samuel Ratany mpanoratra (écrivain), p. 45-46

 

Izay ho feoko eo am-pialana aina

 

Hono, ry aina somparan’aretina,

hakimpinao mantsy ny maso mipy ?

Hono, ry fasana, mo ave ho entina

anatin’ny maizina ity nofo ity ?

 

Hono, ry tenako za-pahoriana,

ny hery fahiny va re dia hikoro,

ka haiditra an’efitra kely mangina,

dia vato sy tany no solon-kidoro ?

 

Ry fahafatesana ratsy filàna,

tsy mena-mijery ny fo mitoreo,

valio hoe ny fanontaniako mazàna ;

mba inona moa no karamanareo ?

 

Tsy hita izay voa nambolena, dia efa

mijoro ho tompon’izay fandaharana ;

tsy manana mason-karena, kanefa

dia vonon-kijinja ny tsy nisasarana.

 

Mangina, ry foko, ho tezitra ve,

hatahotra ve raha to aizy tonga ?

Ny nofoko, eny ny nofoko anie,

tsy inona akory fa vovoka, bonga.

 

Ry foko tsy ho resin’ny fasana kosa,

haninona moa no hanadina izany ?

Ny elatrao ihanyno ento misosa,

hamaky ny làlana an-koatry ny tany.

 

Fa any no misy an’ilay Paradisa,

ary tsy misy mahory na sento ;

miesora e ! ry hany minitrako sisa,

fa any no toerana solon’ny eto.

 

21 aogositra 1926

Samuel Ratany mpanoratra, P. 45-46

 

 

Samuel Ratany

Six Poètes Malgaches

Textes malgaches choisis et traduits par

François-Xavier RAZAFIMAHATRATRA

 

 

 

 

Commenter cet article