Certaines personnes exploitent les rives du lac Alaotra pendant la saison sèche

Publié le par Alain GYRE

Certaines personnes exploitent les rives du lac Alaotra pendant la saison sèche. Or, elles font partie des aires protégées incluses dans des zones humides.

Suite à des rapports reçus par le ministère de l’Environnement et des forêts, un arrêté a été pris, interdisant la transformation des zones humides comprises dans les aires protégées dans l’Alaotra en zones d’exploitation agricole.
« Il est aussi interdit de construire des habitations dans ces zones entourant le lac Alaotra. Ce ne sont non plus des zones destinées à d’autres types d’exploitation tels que l’élevage. Seule la pêche est autorisée dans ces aires protégées, tout comme dans le lac », a souligné Hasina Randriamanampisoa, responsable de la communication et de la logistique au sein du Durrell Wildlife conservation Trust.
Ingérence
« Nous effectuons cette descente sur le terrain pour remettre les copies de cet arrêté ministériel à tous les responsables auprès des communes qui ont signé l’engagement sur la préservation de ces zones », a-t-il encore précisé.
De fait, ce responsable et ses collaborateurs aux niveaux local et national ont réuni à Andilana-Sud du district d’Amparafaravola, le jeudi 9 août, les membres de l’association communautaire de base locale VOI (Vondron’olona ifotony), ainsi que tous les « raiamandreny » dans le fokontany.
Un responsable auprès de la commune rurale d’Amparihi­­­tsokatra a dénoncé une sorte d’ingérence de la part de la direction régionale de la Pêche d’Alaotra-Mangoro dans le domaine où la gestion revient au ministère de l’Environne­ment.
« La direction régionale de la Pêche, avec la fédération des pêcheurs d’Ambato­soratra, a donné une suite favorable à des demandes qui leur sont adressées. Celles-ci veulent la transformation de certaines étendues comprises dans les zones humides des aires protégées en zones d’exploitation agricole pendant l’hiver, quand les eaux du lac se retirent. Or, c’est un cas de figure qui transgresse la réglementation en vigueur », a-t-il affirmé, sous couvert d’anonymat.
Selon ces affirmations, cela a été constaté dans le fokontany de Morarano, situé en bordure est du lac Alaotra.

Hery Fils Andrianandraina

Samedi 11 août 2012

L’Express

 

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article