Circoncision

Publié le par Alain GYRE

Les tendances évoluent

Mardi, 12 Juin 2012

La saison de froid rime bien avec la période de la circoncision. La petite chirurgie la plus courante ces jours-ci est l'ablation totale du prépuce ou la circoncision. C'est une tradition malgache qui se pratique depuis des siècles. C'est une pratique obligatoire pour tous les jeunes garçons. Tandis que les plus anciens témoignages attestés de la circoncision remontent à l'Egypte ancienne. La circoncision est pratiquée par la majorité des musulmans qui représentent 68 % des hommes circoncis dans le monde. Selon l'OMS, en 2009, plus de 661 millions d'hommes de plus de 15 ans sont circoncis, soit 30% de la population mondiale masculine. A Madagascar, la circoncision prouve la " masculinité " et la virilité d'un garçon.

Auparavant, on faisait appel aux " rain-jaza " ou guérisseurs traditionnels pour cette coutume. Ils utilisaient les méthodes anciennes et la circoncision ne se fait pas dans un centre médical. Traditionnellement, elle se pratique dans la maison de l'enfant et les femmes ne sont pas invitées à assister à aucune scène. Jusqu'à sa guérison, l'enfant portera un vêtement spécifique, une petite toge qui ne risquera pas de frôler la verge, connue sous le nom de "malabary". Toutes les circoncisions rituelles étaient pratiquées sans aucune anesthésie et peuvent entraîner des hémorragies. Les parents dépensent beaucoup d'argent à cette occasion où tous les membres de la grande famille et les proches sont présents. Ces dernières années, les " rain-jaza " se font rare et se font vieux. Ils ont perdu leur authenticité. 2% des enfants qui sont admis dans les hôpitaux ont été victimes d'un accident après avoir été mal circoncis par les " rain-jaza ".

Les cinq dernières ont été témoin d'une grande tendance : la circoncision collective. Dans leurs œuvres sociales, beaucoup d'associations ou d'ONG proposent ces circoncisions collectives. Une opportunité pour la masse de limiter ses dépenses. Les jouets offerts à l'enfant et les friandises représentent les seules charges. Mais depuis quelques années, les Malgaches commencent à adopter d'autres méthodes plus modernes pour circoncire leurs enfants. Les tendances changent depuis quelques années à Madagascar car les parents préfèrent emmener leurs enfants à l'hôpital ou directement chez le médecin pour les faire circoncire

Bien que cher, à 50 000 Ariary, cette méthode rassure plus d'un. Avec une anesthésie, l'opération se fait en cinq minutes et sans saignement. D'après un médecin, une vingtaine de garçons se font circoncire tous les mois.

NIR

La Gazette

Publié dans Coutumes

Commenter cet article