Circoncision: La méthode américaine très adoptée

Publié le par Alain GYRE

Circoncision: La méthode américaine très adoptée       

Jeudi, 22 Mai 2014

En période hivernale, la circoncision est une tradition malgache  incontournable. Dès le début de l’hiver, les parents ayant des enfants à circoncire pensent à cette pratique. La plupart des enfants sont circoncis à l’âge de 2 ou 2 ans et demi, avant leur scolarisation.

Deux méthodes de circoncision existent en général, à savoir, la méthode traditionnelle et celle moderne. A l’heure actuelle, la méthode moderne est très utilisée. Les parents choisissent cette méthode, notamment la circoncision à l’américaine afin de réduire les souffrances de l’enfant.

 

Un cabinet très connu à Ankadifotsy pratique la circoncision à l’américaine depuis 22 ans. Selon le médecin responsable, Dr Rahaja Rafalimanana, les parents sont hyper motivés à la circoncision à l’américaine.  car il y a moins de risque et facile à soigner en cas de complication, sans oublier l’allégement de la douleur pour l’enfant.

 

En  fait, la circoncision à l’américaine est effectuée par un appareil spécial en adoptant une technique moderne à la capsule, au bistouri, pour prendre le prépuce. Elle est efficace et rapide. Selon un autre cabinet médical, le coût d’une circoncision varie de 60.000 à 100.000 ariary selon le traitement.

 

Malgré l’existence de cette nouvelle méthode, la circoncision traditionnelle tient encore  pour certaines personnes surtout dans les zones rurales. La circoncision traditionnelle se fait au crépuscule, d’où le feu et les bougies. Tous les hommes, le grand-père, le papa, les oncles sont présents pour préparer tout ce qui est nécessaire au rituel (cannes à sucre, eau sacrée « rano mahery », banane), assister l’enfant en le tenant bien fort. Cette pratique est dirigée par  un guérisseur traditionnel ou «rain-jaza» qui va couper avec sa lame le prépuce. Puis, ce prépuce est avalé par le grand-père avec de la banane. Les cannes à sucre sont pour souhaiter au jeune garçon et à la famille d’avoir beaucoup de descendances mâles. L’eau sacrée qui a été recueillie  au pied d’une montagne par un homme fort qui ne doit pas être orphelin (de père et de mère) servira au «rain-jaza» à nettoyer ses mains, la plaie et le couteau. L’enfant circoncis sera emmené devant le reste de la famille qui attend avec des chants, des danses et des cadeaux.

 

Notons que pour les Malgaches, cette tradition est un passage obligatoire qui permet au garçon d’acquérir sa virilité et d’entrer dans le monde des adultes. La circoncision  protégerait aussi contre les maladies sexuellement transmissibles, notamment la syphilis et le sida, d’où les campagnes de l’OMS en sa faveur.

 

R.V.

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article