"Combien de jumeaux, sont-ils, les vents ?" Jean-Joseph Rabearivelo

Publié le par Alain GYRE

Combien de jumeaux, sont-ils, les vents ?

Ils sont tous espiègles,

ils se poursuivent en sortant de l’herbe,

escaladent, les murs devenus doubles

sautent par-dessus les toits où se recueillera la rosée,

se voûtent sur les collines

et y secouent de hauts arbres immatériels

d’où se dispersent des oiseaux

aux yeux de verre,

qui n’ont de nids nulle part,

et des baies rondes comme des blocs de quartz

qui ne se peuvent reproduire sur terre,

et se dissolvent en étoiles filantes.

 

 

Firy lahy kambana ny rivotra ?

Tia sangy avokoa izy,

mifanenjika avy ao anatin’ny ahitra,

miakatra ny rindrina tonga roa sosona,

mihoatra ny tafo hanantazana ny ando,

manjoko eny amin’ny havoana

dia manozongozona hazo avo tsy àry vatana

izay iparitaham-borona

mana-maso fitaratra

tsy manana ankany na aiza na aiza

sy voankazo  vorivory toa vaingam-batokaranana

izay tsy afa-misolofo eto an-tany

fa levona ho tain-kintana.

 

Jean-Joseph Rabearivelo

Traduit de La Nuit

Nadika tamin’ny Alina

Editions Tsipika

 

Publié dans Poèmes malgaches

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article