Combustibles domestiques: du "charbon de terre"

Publié le par Alain GYRE

Combustibles domestiques: Du "charbon de terre" sur le marché

Mercredi, 27 Juin 2012 07

3 boules de " charbon de terre " pour cuire les aliments d'une famille de 6 personnes.

Ces 3 boules peuvent être réutilisées jusqu'à 5 fois et le vendeur propose ces combustibles par lot de 10 à raison de 1 000 Ar le lot. En fait, il ne s'agit pas du charbon de terre de la fameuse Sakoa. C'est une boule fabriquée à partir d'argile et d'herbes coupées menues. Autrement dit, c'est du charbon fabriqué avec notamment de la terre. Voilà pourquoi le fabricant parle de " charbon de terre ". Ce produit proposé récemment sur les marchés d'Anakely et de Mahamasina est encore nouveau pour les consommateurs. Mais d'ores et déjà, des habitués affirment revenir régulièrement. Ils avancent qu'ils y gagnent même s'il faut utiliser un peu de charbon de bois pour accompagner le " charbon de terre ". Ce nouveau produit devrait aider à lutter contre la déforestation. Si pour la capitale et ses environs, le charbon de bois est issu de reboisements situés, pour la plupart, dans le district de Manjakandriana, il n'en est pas ainsi pour les autres villes consommatrices de charbon de bois. Ce produit vient souvent de forêts naturelles.

En décembre dernier, des chercheurs ont exprimé leur crainte sur une probable disparition des forêts primaires (en dehors des aires protégées) de Madagascar d'ici 2020, soit dans 8 ans. La vulgarisation des combustibles comme le " charbon de terre " est donc la bienvenue. Ce produit revient nettement moins cher que le charbon de bois dont le sac moyen coûte actuellement 15 000 Ar dans la capitale. Pour une famille de 6 personnes, un sac de charbon n'assure pas une consommation d'un mois. Or, si elle marie le " charbon de terre " et le charbon de bois, le même sac de charbon de bois durera nettement au-delà d'un mois. Les dépenses pour les combustibles domestiques afficheront donc une baisse significative. Le " charbon de terre " peut être aussi adapté aux ménages ruraux, d'autant que ces derniers peuvent le fabriquer eux-mêmes s'ils trouvent de l'argile aux alentours. Il faut seulement qu'ils adoptent le " fatapera " ou le réchaud fabriqué avec de l'argile cuit. Notons toutefois que ce type de réchaud commence à se répandre dans des villages de communes rurales plus proches des villes. Il faut aussi remarquer que le remplacement du bois de chauffe par un combustible propre aura des impacts positifs sur la santé des ruraux. En effet, la fumée dégagée par le bois de chauffe occasionne des maladies respiratoires.

Fanjanarivo

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article