Comme un Tanala qui a perdu son talisman - Jean-Joseph Rabearivelo

Publié le par Alain GYRE

Comme un Tanala qui a perdu son talisman

 

Quand la lune là-haut se couche,

Quand elle est cachée et n’est plus visible

Ankaratra sanglote sans discontinu.

Andrigitra vient consoler son cœur.

 

Les colombes éloignées de la forêt,

Hélas ! Soupirent. Hélas ! Sont troublées ?

Nostalgique, parait-il, car loin de la bien-aimée –

Il ne reste qu’à la remplacer, comme d’un talisman tanala.

 

Venez ô oiseaux ? Venez chanter !

Alaotra délaissé pleure les passants ;

Il a perdu ses moineaux et hélas ? il gémit ?

J’efface les pleurs, je ne veux plus en souffrir.

 

Affligé et brumeux -- C’est Ankaratra ?

Accablé et sanglotant.-- C’est toujours Ankaratra ?

Celui qui n’est pas près de sa bien-aimée pleure

L’homme, le vrai, ne se laisse pas abattre pour autant…

 

Les coups de tonnerre peuvent éveiller les souvenirs

Les malédiction d’amour effraient

N’est plus qu’une ombre, qui a perdu son âme ?--

Je suis comme un Tanala qui a perdu son talisman

 

Va-t-on essayer d’attraper sa propre colombe,

Va-t-on l’attraper pour autrui et s’en désoler ?

Hélas ! je soupir. Hélas ! je vacille.--

Mais fier je me laisserai vaincre.

 

L’étoile tant espérée a déjà disparu

Est devenu souffrance lancinante

Va-t-on s’arracher les plaintes - à volonté ?

Change de pas, change d’amour.

 

Traduction, F-X Mahah

 

Tanala very sampy

 

Raha sendra misoka ny volana ambony,

Raha takona mantsy, ka tsy mba  hita intsony

Ankaratra misento, ka tsy mba mitony,

Andringitra no ho avy hamony ny fony

 

Ironny domohina raha toa saraka ala,

Indrisy ! misento. Indrisy ! fa adala ?

Manembona, hono, fa lavi- malala --

Hanova no sisa, fa sampin-tanala.

 

Avia ry vorona ? Avia mba mikalo !

Alaotra nilaozana, tomany mpandalo ;

Very tsiriry ka indrisy ? mimalo ?...

Vonoiko ny sento, tsy ekeko hampivalo.

 

Ory manjavona – ankaratra izany ?

Onena misento – Ankaratra ihany ?

Ny tsy anilan-tiana no tena tomany. –

Ny lehilahy kosa tsy lavon’izany.

 

Ora-midona no maty hampahatsiahy

Ozom-pitia mijoro hampanahy ;

Toa aloka sisa fa very fanahy ? –

Tanala very sampy aho ry lahy.

 

Samborina ve ny domohinan’ny tena.

Samborina ho an-kafa, hanorisorena ?

Indrisy ! misento. Indrisy ! mivena. –

Izaho manao-kambo tsy resy resena.

 

Efa nisinda ilay kinta-nirina.

Efa niova ho fangirifiriana :

Orosan-tsy satry ny sento iniana ?

Ovao ny famindra, ka ndeha miova tiana.

 

Lova, p.22 - 23

 

 

 

Jean-Joseph RABEARIVELO

 

Six Poètes Malgaches

 

Textes malgaches choisis par

 

François-Xavier RAZAFIMAHATRATRA

 

 

 

Commenter cet article