Construction de foyer d’accueil – Pour les squatters de rues et de tunnels

Publié le par Alain GYRE

Construction de foyer d’accueil – Pour les squatters de rues et de tunnels

 1-squatter.jpg

Le nombre de personnes qui n’ont pas de refuge et dorment dans les rues, sous les tunnels… a vu une hausse progressive depuis la crise. Nombreux sont ceux qui ont perdu leur travail et ont fini dans les rues. Ils quémandent pour subvenir aux stricts besoins de la famille. Leurs moyens ne parviennent même pas à leur permettre 2 repas par jour. Ils sont dans l’obligation de fouiner les ordures pour récupérer des restes de repas. Une vie médiocre malgré eux selon Anja, mère de trois enfants qui squatte dans une maison en carton toutes les nuits aux pavillons d’Analakely. En effet, la condition avec le marchand- propriétaire du pavillon, près duquel la famille s’installe, c’est d’assurer la propreté environnante. Anja et ses enfants devront en effet quitter les lieux vers 6h du matin après avoir tout nettoyé. Tout au long de la journée, les enfants vont au marché pour quémander pendant que leur mère fouille dans les ordures et vend les bouteilles en plastique récupérées. La vente lui rapporte à peine dans les 1 500 ariary par jour. Des fois, elle ne gagne rien et compte sur l’argent récolté par ses enfants. Mais ce qui inquiète la mère actuellement c’est la saison hivernale qui est annoncée rigoureuse cette année. Un enfer assuré pour la famille selon toujours Anja.

 Mais Anja n’est pas la seule à se plaindre. Nombreux sont ceux qui vivent dans des pires conditions et craignent effectivement l’hiver. Compte tenu de la situation, la Commune urbaine d’Antananarivo, en collaboration avec l’association Fanantenana, est en train de mettre en œuvre cette année un projet de construction de foyer d’accueil pour les plus démunis qui n’ont pas de refuge. Le foyer est situé à Anosizato et a une capacité d’accueil de 500 personnes. Selon les études effectuées, la maison pourrait accueillir les sans domicile fixe(SDF) cette année. Il y aura également un accompagnement psycho social pour connaitre l’origine de la situation de chaque famille et pour les orienter vers des activités génératrices de revenus. Un projet qui permettra effectivement à de nombreuses familles de quitter les rues et de vivre dans des conditions améliorées.

 

Ericka

Madagascar Matin

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article