Croyance: « Ody » et « Dadarabe » font de la résistance

Publié le par Alain GYRE

Croyance: « Ody » et « Dadarabe » font de la résistance 

 

Jeudi, 07 Août 2014

  A l’heure où la technologie et la mondialisation gagnent du terrain à Madagascar, les pratiques « ancestrales » (faute d’un meilleur terme) persistent et les problèmes liés à l’utilisation des « grigris » existent encore. En effet, face à certaines situations, en cas de problème, le dadarabe (devin, sorcier) reste la solution la plus populaire. Il guérit tout, a réponse à tout : des problèmes de cœur aux maladies physiques et psychologiques, des problèmes d’argent aux projets d’avenir.  Untel peut avoir recours au dadarabe pour chaque problème qui s’oppose à lui, aussi insignifiant soit-il.

Une mère de famille de deux enfants en a fait l’expérience, ce qui a eu une répercussion assez considérable dans sa vie. Elle a trompé son mari avec un homme qu’elle n’a jamais aimé, ce qui a failli conduire le couple au divorce. « Je connaissais cet homme depuis un moment mais il ne m’a jamais intéressé, témoigne t-elle.  Un jour je me suis réveillée, et j’ai eu une envie irrépressible de lui. Une envie physique. » Les effets d’un ody (grigri) sont souvent immédiats, et la personne visée ne peut lutter contre ce qui la pousse à agir contre sa volonté.

 

Elle est alors amenée à faire des choses qu’elle n’aurait pas fait en temps normal. Cette femme, même si elle avait intenté un procès contre son amant pour témoigner de sa bonne foi, ne pouvait s’empêcher de l’appeler et de lui envoyer des textos de temps en temps.

 

Comme toutes les croyances, les avis sur les ody sont mitigés. Agissent-ils vraiment ? Pourtant, le fait de ne pas y croire ne met pas toujours à l’abri puisque des personnes, peuvent en être victimes sans le savoir.

 

L’occidentalisation a au moins ce tort de nous avoir éloignés de nos  croyances ancestrales, nous rendant par là même vulnérable envers ce que nous ignorons encore. Et qu’Internet ou la télé ne nous enseignent pas toujours…

 

Sa. Mi.

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article