De l’Estrac a l’OIF : Beaucoup en doutent…

Publié le par Alain GYRE

De l’Estrac a l’OIF : Beaucoup en doutent…   

Mercredi, 26 Mars 2014

Le secrétaire général de la Commission de l’Océan Indien, Jean-Claude de l’Estrac, sera-t-il le prochain secrétaire général de la Francophonie, en remplacement du Sénégalais Abdou Diouf ?

 

Dans son pays d’origine, l’île Maurice, beaucoup y croient et le disent à haute voix. Car cet ancien journaliste, qui fut à quatre reprises ministre (dont deux fois aux Affaires étrangères) aurait toutes les capacités pour assumer les plus hautes fonctions à l’Organisation Internationale de la Francophonie.  Comme le mandat d’Abdou Diouf se termine à la fin de cette année 2014, certains voient déjà Jean-Claude de L’Estrac à la tête de la Francophonie, au terme du scrutin qui aura lieu lors du sommet de la Francophonie, à Dakar en décembre 2014.

 

En fait, beaucoup en doutent, même si Jean-Claude de l’Estrac a la caution du gouvernement mauricien. En effet, on ne lui trouve pas la carrure nécessaire au poste, malgré son cursus assez riche. Ses prédécesseurs en effet avaient rang de chef d’Etat, et bénéficiaient d’un prestige universel avant de siéger à la tête de l’OIF. Ainsi Boutros Boutros Ghali (1997-2002) fut pendant longtemps ministre des Affaires étrangères de l’Egypte avant de devenir secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies. Et Abdou Diouf fut Premier ministre puis chef d’Etat du Sénégal avant d’être propulsé à son poste actuel. Il s’agit en tout cas de personnalités qui ont un rayonnement universel.

 

Il reste que Madagascar ne sera pas forcément derrière Jean-Claude de l’Estrac malgré la solidarité indianocéanique qui devrait prévaloir en la circonstance. D’abord car son rôle dans le règlement de la crise malgache ne fut pas des plus saillants, malgré ses voyages fréquents dans la Grande Ile ces dernières années. Ensuite car il ne s’est pas manifesté sur la question de l’île Tromelin. En juin 2010, un accord est intervenu entre l’île Maurice et la France pour une cogestion de Tromelin, une des îles revendiquées par Madagascar. Est-ce un premier pas dans la cession de Tromelin à l’île Maurice par la France ? On ne le sait, mais la question créant un litige entre les îles de l’Océan Indien, Jean-Claude de l’Estrac aurait dû la mettre sur la table. Dans l’affaire, Maurice et la France semblent avoir profité de la situation difficile dans laquelle se trouvait Madagascar pour régler dans son dos la question de Tromelin…

 

Selon toute vraisemblance, le poste de secrétaire général de la Francophonie ira à un ex-chef d’Etat doté d’un certain prestige. Si personne ne se manifeste, la France, qui a la haute main sur l’OIF, va certainement solliciter une personnalité de ce gabarit avant le sommet de décembre…

 

R.

La Gazette

 

 

 

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article