De la suprématie de l'homme sur la femme.

Publié le par Alain GYRE

219 De la suprématie de l’homme sur la femme.
Recueillià Farafangana
(province de Farafangana)

On raconte qu'il y avait primitivement deux personnes un homme et une femme.

L'un était venu de l'Orient, l'autre de l'Occident.

Tous deux n'avaient jamais été enfants, et ne se connaissaient pas.

Un jour ils se rencontrèrent au milieu de la terre.

Unissons nos solitudes, dit l'homme, et vivons ensemble.

L'accord fut conclu.

Ils occupèrent la même case, l'homme était couché à l'Est, la femme à l'Ouest en souvenir de la direction d'où ils venaient.

Pendant la nuit, sentant le froid, ils se rapprochèrent et se couchèrent l'un près de l'autre.

Alors le Zanahary leur dit :

«  Il vous faut choisir la mort que vous préférez. Voulez-vous périr comme le bananier ou comme la. lune ? Si vous mourez comme le bananier vous aurez des descendants qui vous remplaceront dans l’avenir; au contraire, si vous mourez mensuellement comme la lune vous n'aurez jamais d'enfants. Le couple humain choisit la mort du bananier.

 

Les enfants

 

L'homme et la femme eurent donc des enfants.

Or, un jour les enfants furent malades, les parents firent le même rêve :

 « II faut que l'un de nous deux donne son sang aux enfants, ou ils périront. »

La mère eut peur de ne pas pouvoir supporter la douleur et refusa.

L'homme au contraire dit :

 « Laisse-moi donner mon sang, à condition que, dans l'avenir je sois le maître des
enfants, et que parmi mes descendants les hommes restent également les maîtres. »

La femme consentit et les enfants furent guéris par le sang de leur père.

Voilà pourquoi l'homme a plus d'autorité sur les enfants que la femme.

 

Contes de Madagascar

Charles RENEL (1866 – 1925)

Librairie Ernest LEROUX

PARIS

 

Publié dans Contes de Madagascar

Commenter cet article