Décès : Railôla quitte à jamais la scène

Publié le par Alain GYRE

Décès :  Railôla quitte à jamais la scène

 

 1-chanteur.jpg

Railôla a immortalisé les œuvres de son père

 

Chanteur charismatique, artiste complet, voix irremplaçable, Railôla vient de quitter ce bas-monde, hier, des suites d'une maladie. Hommage de ses proches. 

 

C'est en partie grâce à Railôla Andriamahatana que les œuvres de Jérôme Randria, son père, ont pu être sauvées de l'oubli. Pourtant, la mort vient de le faucher, hier dans la matinée, à 52 ans, chez lui à Andoharanofotsy, Mahala­volona. Atteint d'un cancer du poumon, l'héritier des Railovy, groupe célèbre dans les années '50 et '60, n'a pas survécu aux divers soins même s'il a présenté des améliorations depuis quelques semaines.

« C'est un grand désarroi pour nous car, nous avons tous été surpris par son départ », déclare amèrement son épouse, Fafah Fanjaharisoa. Railôla a laissé un fils unique et une veuve en déposant à jamais son micro.

Bizarrement, son père, Jérôme Randria, chef de file du célèbre groupe Railovy, a été aussi cueilli par la faucheuse à 52 ans. Coïncidence, hasard du temps, on peut supposer que la relation entre le père et le fils a été si puissante dans la vie comme dans la mort. La vie de Railôla, même s'il a connu les fastes de la scène, a été parfois une période de douleur. Comme la perte de son fils à 14 ans, et enfin cette maladie implacable qu'il a toujours affronté dans la dignité.

Paix éternelle

Beaucoup d'artistes ont déjà partagé la scène avec ce grand chanteur. On ne connaît de lui des morceaux propres, mais surtout des reprises de titres de Railovy. Une manière de faire revivre un mythe jusqu'à faire penser qu'il était entouré de l'aura de son père lors de ses prestations.

Plus vrai que nature, Railôla est devenu le porte-fanion, sans concession ni marmonnement, des titres comme

« Hasambarana », « Vonoy ny anarako », « Ho avy ny maraina» et bien d'autres encore.

Jusqu'à dimanche, la famille et les proches se réuniront pour les veillées funèbres à son domicile à Andoharano­fotsy. Il sera par la suite inhumé à Ambodifahitra, Andramasina, après un culte dans l'église locale.

La perte de ce grand nom de la musique malgache marquera l'histoire contemporaine du groupe Railovy.

« Je crois que mon père est heureux là où il est maintenant », conclut son fils unique, Anthony Andriamahatana. Le milieu musical antananarivien est en deuil.

 

 

Maminirina Rado

 

Vendredi 06 décembre 2013

L’Express

Publié dans Musique

Commenter cet article