Développement – Accent sur le tourisme culturel et durable

Publié le par Alain GYRE

Développement – Accent sur le tourisme culturel et durable

 

19.05.2014

 1-tourisme.jpg

Une nature cinq étoiles pour l’écotourisme, plusieurs milliers de kilomètres pour le balnéaire. Madagascar dispose encore de plus potentiels dans le domaine touristique. Dans sa nouvelle stratégie de développement du secteur, le ministère du Tourisme entend poursuivre le développement de ces types de tourisme mais mettra particulièrement l’accent sur le tourisme culturel et durable. «Madagascar va développer le tourisme balnéaire et avec toutes les balises nécessaires pour éviter les fléaux endigués par ce type de tourisme comme le tourisme sexuel. Nous n’accordons aucune tolérance sur ces derniers. Par ailleurs, nous allons exploiter notre richesse culturelle et notre paysage », déclare le ministre du Tourisme, Ramarcel Ben­jamina Ramanantsoa, hier, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue au Colbert. «Nous allons mettre l’accent sur le tourisme culturel. Nous allons aussi nous organiser à partir du tourisme rural comme celui appliqué dans la région Zafimaniry. Des villages culturels seront mis en place.», ajoute ce haut responsable.

 Les premières créations de village culturel seront prévues à Nosy Be et Sainte-Marie. Elles seront par la suite dupliquées dans différentes localités. L’implication de la population dans le développement du secteur figure parmi les objectifs du tourisme rural et culturel.

 Destinations phares

 Cette contribution devrait renforcer la sécurité dans les destinations. «La sécurité ne peut être viable que si la population est impliquée dans le domaine. Elle va protéger les touristes car elle y trouve des avantages dans le secteur. Elle doit être intégrée dans le processus, il faut plutôt parler du 4P dans le tourisme», indique toujours le ministre  Ramarcel Benjamina Ramanantsoa. Outre le développement du tourisme rural et culturel, le ministère relance la promotion des vingt et une réserves touristiques foncières et des parcs nationaux pour les investisseurs hôteliers. Pour ces derniers, des terrains seront mis en concession. Ils devront être des destinations phares pour les visi­teurs.

 D’ici 2020, Madagascar entend accueillir un million de touristes d’où la promotion des investissements dans les infrastructures d’accueil. Afin d’éviter le manque de ressources humaines qualifiées dans le secteur, à cette période, comme c’est le cas lors de l’implantation des investisseurs miniers, des formations dans le domaine du tourisme haut de gamme seront développées. Des installations de centre de formation seront mises en place dans le cadre de la coopération française.

L’Express

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article