Développement: pari sur la riziculture irriguée

Publié le par Alain GYRE

Développement : Pari sur la riziculture irriguée

riz.jpg 

La hausse des surfaces cultivées fait partie des stratégies de lutte contre l’insécurité alimentaire

D'ici 2014, vingt mille hectares s'ajouteront aux surfaces cultivées actuellement en matière de riziculture irriguée. Cette extension est due à la mise en place de barrages agricoles.

Près de 50 % des enfants de moins de cinq ans, souffrent de malnutrition chronique à Madagascar. D'après ce rapport, le représentant résident de l'Organi­sation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agri­culture (FAO), Alexandre Huynh a déclaré que la situation est difficile, mais des solutions techniques peuvent être apportées. L'exten­sion des surfaces irriguées figure parmi les initiatives prises pour lutter contre le fléau.
Trois zones seront concernées, dont Tanandava à Toliara, Melaky et Menabe ainsi que la région Sava. Une superficie de 20 000 hectares supplémentaires sera obtenue au total d'ici 2014. «L'ouverture d'un barrage hydroagricole, permettra de drainer une superficie de 6000 hectares, dans un premier temps à Toliara. Mais en somme, 10 000 hectares de nouvelles surfaces cultivables sont attendues. À Antsalovana et Ankilizato, le projet de développement d'appui aux régions Melaky et Menabe (AD2M) va financer la réalisation d'un barrage qui permettra d'obtenir 3000 ha de rizières en plus» déclare Roland Ravatomanga, ministre de l'Agriculture, hier à Anosy.
C'était au cours d'une conférence de presse sur la célébration des Journées mondiales des femmes rurales et de l'Alimentation.
Renforcer les coopératives
Ces évènements sont prévus se tenir, les 15, 16 et 17 octobre à Manakara dans la région Vatovavy Fitovinany. «Une étude sur la remise en fonction du barrage agricole à Andapa, dans la région Sava , a été réalisée. Un financement de la Banque mondiale sera alloué aux travaux. Au début, 2000 hectares en plus seront obtenus, puis dans trois à quatre ans, la superficie supplémentaire atteindra les 5000 hectares» ajoute ce responsable.
Le renforcement des coopératives constitue un moyen pour éradiquer la malnutrition, et l'insécurité alimentaire. Les ménages paysans pourront, en effet, contribuer à augmenter la productivité et obtenir des réductions de coût s'ils se fédèrent. Le thème de la célébration de la Journée mondiale de l'Alimentation a porté sur : «Les coopératives agricoles nourrissent le monde» La FAO, à travers son représentant, a sensibilisé les producteurs à s'associer. «Il est nécessaire de fédérer les ménages paysans car leur association,les rendent plus forts, plus compétents pour améliorer la productivité, à négocier les prix des intrants, à réduire les coûts de production et à renforcer la commercialisation. Les acteurs pourront aussi se faire représenter auprès des autorités nationales, pour faire part de leurs besoins et obtenir du soutien» indique Alexandre Huynh.

Lantoniaina Razafindramiadana

Vendredi 12 octobre 2012

L’Express

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article