DIANA: recrudescence des feux de brousse

Publié le par Alain GYRE

DIANA : Recrudescence des feux de brousse

feux.jpg 

Les eucalyptus plantés à Betsimiranjana sont détruits par les feux de brousse

A l’intersaison, les «tanety» brûlent un peu partout. Le phénomène devient banal mais les conséquences sont irréversibles pour l’environnement.

La région Diana connaît chaque année, d’août à novembre, un pic des feux de brousse qui ravagent des centaines de milliers d'hectares de terres agricoles. En 2008, elle s’est, pourtant, distinguée par la disparition de ce fléau. Malheureusement, ces quatre dernières années, les mauvaises habitudes ont repris. Ce qui l’a classée parmi les douze premiers incendiaires sur le plan national.
Ces cinq dernières années, les feux ont détruit une grande partie des forêts dans les districts d’Antsiranana-II et d’Ambilobe, classés zones rouges.
Pourtant, les forêts, gérées par l’ONG Fanamby, préservent les sources d’eau potable nécessaires à la ville d’Ambilobe. De plus, elles sont riches en divers végétaux et animaux.
Reforestation
« La montagne d’Andrafia­mena est le seul endroit au monde abritant l’espèce animale appelée localement Akomba joby », affirme un notable de la localité.
Cette situation est due à plusieurs raisons. Mais la cause la plus fréquente est la pratique de la culture sur brûlis.
Face à cette situation, la région Diana a pris des mesures drastiques pour éradiquer ce fléau. Pour ce faire, la coupe illicite d’arbres est réprimée, et un arrêté a été publié pour réglementer la circulation des troncs d’arbre dans la région. La sanction appliquée aux personnes incendiaires est sévère, et des dispositions diverses sont prises pour les charbonniers.
En outre, toutes les forces vives de la région ont été mobilisées, depuis 2010, pour effectuer une reforestation, considérée comme une solution contre la disparition des forêts ravagées par les feux de brousse.
Ainsi, Betsimiranjana, située à une vingtaine de kilomètres de la ville de Mahavavy, près de la chaîne de montagnes d’Andrafia­mena, a été choisie pour une campagne de reboisement mécanisé et à grande échelle. Plus de 24 000 pieds d’eucalyptus ont déjà été mis en terre.
Malheureusement, le respect par la population des meilleures conditions de leur mise en œuvre laisse parfois à désirer. Par conséquent, ces feux, qui étaient perçus comme moyens de limitation des dégâts, deviennent souvent de véritables incendies.

Raheriniaina

Jeudi 11 octobre 2012

L’Express

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article