Diversification de la nourriture de l'enfant

Publié le par Alain GYRE

Diversification de la nourriture de l’enfant

Le PNNC inclut dans son programme la vulgarisation des cultures vivrières

Jusqu’à six mois, un enfant n’a besoin que de lait maternel. Cet aliment complet contribue à sa croissance et lui fournit des anticorps pour faire face à certaines maladies. Si pour diverses raisons, l’allaitement maternel exclusif s’avère impossible, de nombreux substituts existent sur le marché, mais leur coût est souvent élevé.
À partir du septième mois, l’alimentation du nourrisson doit être diversifiée. Le lait prend encore une place prépondérante, mais il faut que l’enfant commence à consommer des fruits et des légumes, ainsi que des céréales et de la viande. C’est à cet âge que les bonnes habitudes alimentaires lui sont inculquées et que son palais est éduqué à tous les goûts et saveurs.
Pour ce faire, il suffit de diversifier la nourriture qu’on lui donne en fonction de ce qui est autorisé. Madagascar regorge suffisamment de produits pour permettre aux parents de préparer des menus variés comprenant aussi bien les éléments énergétiques que bâtisseurs et nutritionnels à leur progéniture.
Outre les avantages d’une alimentation équilibrée pour la croissance, cela permet à l’enfant d’acquérir très tôt de bonnes habitudes alimentaires. Un enfant qui aura goûté au poireau, à la citrouille ou à l’aubergine très jeune acceptera d’en manger plus, contrairement à un autre pour qui ces aliments n’ont jamais fait partie de son menu.
Les spécialistes en nutrition assurent que
« plus on propose de nouveaux aliments à bébé avant sa phase de néophobie alimentaire, laquelle apparaît généralement vers l’ âge de deux ans, plus on a de chance qu’il les accepte toujours pendant et après cette phase ».

Iloniaina Alain et Bodo Voahangy

Vendredi 13 juillet 2012

L’Express

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article