Droit de l'enfant: le lieu de naissance peut-être source de discrimination

Publié le par Alain GYRE

Droits de l'enfant: Le lieu de naissance peut-être source de discrimination

     

 

Mercredi, 21 Novembre 2012

 

Mardi 13 novembre dernier a eu lieu à l'hôtel Palétuvier de Tuléar un atelier portant sur la dissémination du rapport national réalisé par l'UNICEF dans 55 pays dont Madagascar. Le rapport national malgache a été rédigé par la Section Politique Sociale Evaluation dirigée par Mme Christine Weigand. La dissémination proprement dite a été le fait des universitaires issus de la Faculté DEGS de l'Université d'Antananarivo avec à la tête des présentateurs Mme Faratiana Esoavelomandroso et de la faculté DEGS de l'Université de Tuléar avec à la tête des présentateurs M. Tovondrainy Edally. Le contenu du rapport est riche et il est à saluer que les organisateurs aient eu l'initiative heureuse de présenter ce rapport national à Tuléar, de présenter surtout les données chiffrées concernant les Régions du grand Sud à savoir Atsimo Andrefana, Androy, Anosy, Ihorombe et Atsimo Atsinanana. Les invités (étudiants, enseignants, responsables politiques, responsables religieux, membres d'ONG, responsables de projet) ont participé activement aux débats et discussions si bien que le temps de l'atelier paraissait court. En effet, la situation dans ces régions du Sud ne peut guère laisser indifférent, les chiffres étaient éloquents, les enfants dans les Régions Sud sont sévèrement privés d'éducation, de santé, de logement, d'eau, d'assainissement, d'information...On a tendance à ne voir que le sort des enfants dans les grands centres urbains lorsqu'on parle des droits de l'enfant, on a même parfois tendance à ne penser qu'aux petits soucis des enfants riches des centres urbains, nés dans une famille monoparentale ou non mais qui jouissent pleinement de l'accès aux services sociaux de base. On oublie les enfants qui, du fait de leur lieu de naissance, sont privés de leurs droits fondamentaux dont le plus élémentaire est l'accès à l'éducation. La discrimination subie et vécue par les enfants ainsi que par leurs parents portent sur le lieu de naissance. Un enfant qui naît dans cette Région du Grand Sud, ou dans une autre Région oubliée par le pouvoir central, a peu de chance de jouir de ses droits fondamentaux par rapport aux enfants nés dans d'autres Régions pour la simple raison que les services sociaux de base font défaut. Ce même enfant a donc peu de chance d'aller à l'école, d'avoir une éducation de qualité, d'être en bonne santé parce qu'il est né dans un endroit où ces privations sont sévères. On pourrait s'attaquer à lutter contre toute autre forme de discrimination lorsque tous les enfants malgaches sans exception auront un accès égal et de qualité à tous les services sociaux de base, lorsque tous les enfants malgaches sans exception, peu importe le lieu où ils naissent et grandissent auront un accès égal à l'école avec une éducation de qualité telle que celle dont bénéficie ceux nés dans les grands centres urbains. On pourrait s'attaquer à lutter contre toute autre forme de discrimination lorsque tous les enfants malgaches auront un accès égal aux services de santé de base et de même qualité que s'ils étaient nés dans les grands centres urbains, lorsque tous les enfants malgaches auront accès à une eau non souillée et pourront sortir de leur Région et découvrir un ailleurs meilleur. Les enfants dans la Région du Sud de Madagascar ne sont pas les seules victimes de discrimination du fait de leur lieu de naissance, comme d'autres enfants des zones enclavées, des zones oubliées, ils ne sont juste pas nés au bon endroit…

Velo Tiana

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article