Droits des enfants : Encore bafoués

Publié le par Alain GYRE

Droits des enfants : Encore bafoués                        

Lundi, 03 Février 2014

 

A l'approche du 25e anniversaire de la Convention relative aux droits de l'enfant, un nouveau rapport reconnaît que d'énormes progrès ont été accomplis mais considère que pour toucher les enfants qui n'en ont pas bénéficié, il faudra se focaliser davantage sur les disparités.

 

L'ONU chargé des droits de l'enfant insiste sur l'importance qu'il accorde aux données pour faire progresser la cause des enfants et mettre en lumière les inégalités dans l'accès aux services et aux protections, des inégalités qui gâchent la vie d'un grand nombre d'entre eux. Dans le  rapport publié par l'ONU , intitulé «Chaque enfant compte : dévoiler les disparités, promouvoir les droits de l'enfant», les statistiques.  témoignent des violations des droits de l'enfant :  quelque 6,6 millions d'enfants de moins de cinq ans sont morts en 2012, 15%  des enfants de la planète se voient imposer un travail, 11%  des filles sont mariées avant l'âge de 15 ans. Des progrès remarquables ont été accomplis depuis l'adoption de la Convention relative aux droits de l'enfant en 1989.

 

Dans le rapport phare de l'UNICEF, la Situation des enfants dans le monde 2014 en chiffres, montre que : «Quelque 90 millions d'enfants, qui seraient décédés avant l'âge de cinq ans si les taux de mortalité de l'enfant étaient restés au même niveau qu'en 1990, sont toujours en vie. C'est dans une large mesure du aux progrès accomplis dans les domaines de la vaccination, de la santé et des services d'alimentation en eau et d'assainissement. Les retards de croissance ont diminué de 37 pour cent depuis 1990 grâce à des améliorations en matière de nutrition. La scolarisation à l'école primaire est en hausse, même dans les pays les moins avancés : alors qu'en 1990, 53 enfants sur 100 seulement étaient scolarisés, ce chiffre était passé à 81 sur 100 en 2011.»

 

<< Chaque enfant compte >> , c'est dans cette optique  que l'Unicef réclame davantage d'efforts et d'innovations pour identifier et surmonter les obstacles qui empêchent les plus désavantagés des 2,2 milliards d'enfants de la planète de jouir de leurs droits. Loin de son image de paradis tropical, Madagascar est un pays où la réalisation des droits de l'enfant reste lacunaire. Les enfants malgaches doivent quotidiennement faire face à la pauvreté et n'ont souvent pas accès à suffisamment de soins, de nourriture et d'éducation. On considère qu'environ 1O millions de Malgaches souffrent d'une pauvreté extrême, ce qui signifie que ces familles n'ont pas les moyens de nourrir correctement leurs enfants, ni d'avoir accès aux soins de base. La pauvreté est particulièrement flagrante en milieu rural, où vit près de 70 % de la population.

 

«La victoire contre l'exclusion commence par des données inclusives, note le rapport. Afin d'améliorer la portée, la disponibilité et la fiabilité des données sur les privations que subissent les enfants et leurs familles, les outils de collecte et d'analyse sont constamment modifiés et de nouveaux instruments sont élaborés. Pour cela, il faut des investissements et un engagement durables.»

 

NIR

La Gazette

 

 

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article