Du miel et des hommes

Publié le par Alain GYRE

Du miel et des hommes

1 mai 2014

« tantely amam-bahona »

 

Dans la tradition malgache, le miel est aussi important et  omniprésent que le zébu. Aliment sacré apporté aux hommes par les Dieux, en voler ne serait-ce qu’une bouchée pouvait être passible de la peine de mort chez le anciens Tanala…

 1-imagehandles.php.jpg

Dans les temps anciens, aucune fête ou célébration ne se faisait sans miel (tantely). On parle encore de « tantely amam-bahona » (miel et aloe vera) pour symboliser les joies et les peines de l’existence,  de même que l’on prépare le « vary amin-dronono tondrahan-tantely » (riz-lait et miel) pour accueillir le Nouvel An. Gage de sa popularité, plus d’une cinquantaine de proverbes et expressions tournent autour de lui. « Le miel avait une valeur matérielle et pécuniaire considérable chez les anciens, mais aussi religieuse puisqu’on s’en servait durant les joro,  pour demander la bénédiction des razana (ancêtres) », met en relief Dadanaivo, un gardien de tromba (cérémonie d’invocation des esprits) d’une soixantaine d’années.

 

Dans les temps anciens, l’apiculture n’était pas encore connue des Malgaches, c’est donc de miel sauvage, ramassé dans les ruches, qu’on se nourrissait à l’occasion. « Son goût exquis en faisait un symbole de joie. On se le partageait en début de repas pour marquer que tous les convives étaient des havana (parents) », explique Dadanaivo. De même, quand une personne entre pour la première fois dans une maison, on lui met un peu de miel sur le front en guise de bienvenue. Un proverbe dit : « Ny vato aza raha nahitan-tsoa dia hosoran-tantely » (même le rocher, on doit l’enduire de miel si on a obtenu de bonnes choses grâce à lui). Dans la médecine traditionnelle, quand on s’est fracturé un os ou froissé un muscle, il est conseillé d’enduire de miel la partie douloureuse.

 

Chez les Zafimaniry, la récolte des ruches ou des essaims sauvages se fait avec force incantations à Zanahari, le Dieu suprême. Chez les Tanala du Sud-Est, une très grande valeur matérielle est accordée au miel : voler ne serait-ce qu’un pot à son voisin est passible de la décapitation. La légende raconte qu’avec le feu, le maïs et le coq, le miel aurait été apporté sur terre par le fils du Dieu suprême. « Comme c’est un cadeau qui vient des cieux, cela ne se vend pas », considère Dadanaivo. Faites-en votre miel

SolofoRanaivo

 

No comment&éditions est une maison d’édition malgache créée à Antananarivo en novembre 2011.

Elle publie principalement des livres sur Madagascar.

Ils sont distribués en librairie à Madagascar et en France.

Coordonnées à Madagascar : 2, rue Ratianarivo, immeuble Antsahavola, Antananarivo 101 - +261 20 22 334 34.

Coordonnées en France : 58, rue de Dunkerque, 75009 Paris - 06 12 75 51 06.

http://www.nocomment.mg

www.nocomment-editions.com

Publié dans Coutumes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article