Eau et assainissement: inaccessibles même dans la capitale

Publié le par Alain GYRE

Eau et assainissement: Inaccessibles même dans la capitale

     

 

Mardi, 04 Septembre 2012

« Moins d’une personne sur deux dans la Grande Ile seulement a l’accès à l’eau potable. Par contre, 783 millions d’habitants dans le monde entier n’ont pas encore accès à l’eau potable malgré les efforts effectués par les organismes nationaux et internationaux ». C’est en fait le rapport de l’Unicef et l’Oms au début de l’année 2012 sur le progrès à l’accès d’eau potable et d’assainissement.

Dans la capitale, plusieurs ménages n’ont pas encore accès à l’eau potable et moins disposent de l’assainissement. Même à quelques kilomètres de la ville, c'est-à-dire à 5 kilomètres, 80% des habitants ont des difficultés dans l’utilisation de l’eau propre. Dont l’arrondissement d’Ambohimanarina. Dans les fokontany Amorona, Ankeniheny, Ambaravarankazo, les femmes rencontrent des difficultés à l’accomplissement de leur tâche quotidienne. Déjà, elles parcourent des kilomètres par jour pour prendre de l’eau pour cuisiner. Et en ce qui concerne les linges, elles préfèrent les laver dans les canaux, qui sont près de leur maison. Elles préfèrent ces endroits, car il n’y a pas de prix à payer. En fait, le prix d’un seau est de 20 ariary. Et comme ces endroits sont composés d’habitants très vulnérables, les femmes ne disposent pas suffisant d’argent pour payer de l’eau, a ajouté Herman Randrianaivoarivelo, président du fokontany Amorona. A cet effet, la population choisit le canal d’Andriantany pour laver le linge.

R.V.

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article