Eau potable : 80% des personnes privées

Publié le par Alain GYRE

Eau potable : 80% des personnes privées       

Dimanche, 16 Mars 2014

L’eau potable et l’assainissement sont des besoins fondamentaux et tout être humain a le droit de disposer de ces services de base.

 

Pourtant, 1/8 n’a pas accès à l’eau potable et 2/5 manquent d’assainissement adéquat, selon le WaterAid. A cet effet, environ 70 % des personnes privées de services d’assainissement et 80 % des personnes sans eau potable vivent dans des zones rurales.

 

Pour venir en aide à ces personnes, WaterAid a comme ambition d’ici à 2015 de permettre à 25 millions de personnes supplémentaires d’accéder à des services d’eau potable, d’assainissement et d’hygiène améliorés. Et pour l'adduction d'eau potable à travers tout le pays jusqu'en 2025, il nécessite la somme de 1,4 milliard de $. D’ici aussi, de meilleurs comportements en hygiène seront adoptés de façon durable. Les personnes issues des groupes exclus de la société que nous soutenons prendront part aux décisions qui touchent l’eau, l’hygiène et l’assainissement dans leurs communautés.

 

Pour atteindre ces objectifs, WaterAid, pense stimuler et aider les communautés à faible revenu à faire valoir leurs droits à l’eau, à l’hygiène et à l’assainissement et à assumer la responsabilité de développer et d’entretenir ces services. Aussi, il pense développer et promouvoir des services durables et équitables d’eau, d’hygiène et d’assainissement qui sont accessibles, appropriés et abordables, en s’assurant qu’ils puissent être adaptés et dupliqués par d’autres acteurs. Et il compte appuyer et renforcer les capacités des organisations à participer effectivement aux processus de prise de décisions et à la fourniture d’eau, d’hygiène et d’assainissement.

 

Notons que le non accès à ces services de base a des effets néfastes sur la santé, l’éducation, la dignité et les moyens d’existence. Chaque jour, 4.000 enfants meurent inutilement de diarrhée et beaucoup d’autres sont trop malades pour se rendre à l’école. Les femmes et les enfants perdent des millions d’heures à la recherche d’une eau non salubre. Dépourvues d’endroits sécurisés et propres pour aller aux toilettes, des personnes sont exposées à la maladie et privées de leur intimité et de leur dignité. Ces problèmes se posent avec plus d’acuité dans les quartiers urbains surpeuplés.

 

R.V.

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article