Ecosystèmes forestiers: Plus qu’un moyen de subsistance

Publié le par Alain GYRE

Ecosystèmes forestiers: Plus qu’un moyen de subsistance       

Mercredi, 10 Juillet 2013 

Les écosystèmes forestiers de Madagascar fournissent à une grande proportion de la population une source de moyens de subsistance et constituent des ressources considérables pour l’économie. Ils assurent également des fonctions écologiques d’une importance capitale dont la régulation hydrologique, l’atténuation des changements climatiques et surtout en tant qu’habitat de la biodiversité.

Mais d’après les données du document portant Evolution de la Couverture de forêts naturelles à Madagascar 2005-2010, il apparaît que la gestion durable des ressources forestières pose des défis permanents pour le pays car la déforestation et la dégradation forestière continuent et notre biodiversité unique reste toujours menacée de disparition malgré les efforts entrepris depuis plus de deux décennies. Mettre en œuvre ou à jour une politique, évaluer les programmes et projets, bâtir des stratégies, planifier et coordonner les actions, intégrer les questions environnementales dans les autres politiques sectorielles… nécessitent la mise en place d’un système de suivi forestier robuste et la fourniture d’informations et de données fiables sur l’évolution et l’état des ressources.

De plus, il est souligné que la fin du Plan National d’Action Environnemental (PNAE), l’engagement du pays dans le mécanisme REDD+, la transition vers l’économie verte et d’une manière générale la situation sociopolitique du pays font que Madagascar doit innover dans la mise en œuvre de sa politique forestière. Cela ne peut se faire dans l’ignorance de l’état et l’évolution de la couverture forestière.

De même, selon toujours la même source, il est fait état, surtout, que les initiatives comme la comptabilisation du capital naturel et des services environnementaux (WAVES), la gestion du Système des Aires Protégées de Madagascar (SAPM) ou encore la préparation d’une approche sectorielle font naître des besoins importants en données et informations plus précises et fournies de façon régulière sur l’étendue et l’évolution de cette richesse que représente la forêt. Par ailleurs, la couverture forestière et le taux de déforestation font partie des indicateurs de base du Tableau de Bord Environnemental (TBE) qui nécessitent des mises à jour régulières.

Le travail de mise à jour des informations sur l’évolution de la couverture forestière s’inscrit dans ce cadre et vise à fournir les données les plus récentes sur l’ampleur et la localisation de la déforestation ainsi que la surface forestière naturelle restante. Cette activité a été menée tout en priorisant le renforcement des capacités au niveau des institutions malgaches concernées pour permettre au pays de s’approprier et de reproduire sans difficultés les analyses effectuées à différents niveaux.

Le chantier a donc vu la participation de l’Office National pour l’Environnement (ONE) en tant que chef de file, la Direction Générale des Forêts (DGF) au sein du Ministère de l’Environnement et des Forêts (MEF), le Foiben-Taosaritanin’i Madagasikara (FTM) et Madagascar National Parks (MNP).

La Gazette

 

 

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article