ÉDUCATION : La scolarisation attire peu

Publié le par Alain GYRE

ÉDUCATION : La scolarisation attire peu

 1-ecole.jpg

 

Les enfants sont toujours attirés par les tableaux d’affichage des EPP.

 

Certaines écoles primaires publiques (EPP) de la capitale appellent les parents à scolariser leurs enfants. Le droit d'inscription dans certaines EPP dépasse 20 000 ariary.

 

 

Des EPP appellent à la scolarisation. À quatre jours de la rentrée scolaire 2013-2014, certaines EPP n'ont pas encore bouclé leurs effectifs. Dans celle Andravoahangy, des places sont encore libres d'autant que le nombre d'élèves ne cesse de diminuer à chaque rentrée selon une indiscrétion au sein de cette école, hier.

«Jusqu'à maintenant, on fait appel aux parents de scolariser leurs enfants parce que l'inscription et la réinscription n'enregistrent que peu d'élèves, depuis l'année précédente. Cependant, la capacité pouvait accueillir cinq cent élèves, alors que trois cent quatre-vingt ont été inscrits. Pour la rentrée de ce lundi, deux cent quatre-vingt élèves sont inscrits jusqu'à maintenant pour la capacité d'accueil de cinq cent», a révélé la même source. Alors que vers la fin du mois d'août, le ministère de l'Éducation nationale (MEN) a procédé à la campagne nationale de l'éducation dont le budget alloué est d'environ 500 millions d'ariary.

Il s'agit d'une campagne de communication et de sensibilisation à travers les médias, les spectacles,...pour attirer plus d'adhérents à l'école.

Laisse à désirer

Un budget qui aurait pu alléger les charges parentales notamment les cotisations pour le paiement des enseignants FRAM qui avoisine les 20 000 ariary par élève. À cela s'ajoute les fournitures scolaires qui coûtent jusqu'à 80 000 ariary pour un élève d'une EPP. La «gratuité de l'éducation» figure souvent dans les discours des hauts responsables du ministère de tutelle mais l'action concrète laisse à désirer. Pascal Rabetahina, secrétaire général du MEN explique que le remboursement de 2000 à 5000 ariary promis par son ministère ne sera pas rendu aux parents mais sera versé dans la caisse école pour le fonctionnement de celle-ci. Une explication qui risque de décevoir les parents attendant de se faire rembourser par le ministère.

 

Michella Raharisoa

 

Jeudi 03 octobre 2013

L’Express

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article