Elevaga porcin dans la Sofia

Publié le par Alain GYRE

Elevage porcin dans la Sofia: Une provenderie aux normes pour Bealanana

     

 

Lundi, 10 Septembre 2012

73 millions Ar. C’est le coût de la construction de cette nouvelle provenderie dont 80% ont été assurés par le Projet de soutien au développement rural (PSDR). L’association bénéficiaire, Tambatra, a déboursé les 20% restant. Cette unité de transformation répond au développement de l’élevage porcin dans la région Sofia. Le PSDR parle d’« une filière qui occupe une place prépondérante ». Notons que le développement de cette filière à cycle court a fait suite à la recrudescence des vols de bovidés. Celle-ci a poussé les éleveurs à opter pour l’élevage porcin où l’engraissement s’étale sur une période de 3 à 4 mois. Ainsi, l’éleveur peut procéder à au moins 3 ventes par an. La production de porcelets aussi présente une source de revenus non négligeable. Quant à l’association citée ci-dessus, elle a demandé l’appui du PSDR pour la mise sur pied d’une provenderie. Cette unité, la seule provenderie qui existe à Bealanana, ne profite pas uniquement à la trentaine de membres de l’association. Les éleveurs du district de Bealanana peuvent aussi y avoir accès. Sa capacité est de 1,2 t/h. L’objectif est de produire 2 880 tonnes de provendes par an. L’unité facilite la tâche aux éleveurs et réduire sensiblement leur coût de revient.

Auparavant, ils étaient obligés de se rendre à Befandriana-nord, voire dans la capitale pour s’approvisionner en provendes. Il faut aussi noter que Befandriana est inaccessible en période de pluie. Disposer d’une provenderie à Bealanana même s’avère donc une solution satisfaisante pour les éleveurs. De plus, les matières premières pour la fabrication de provendes sont disponibles sur place d’après le président de l’association. Lors de l’inauguration de la provenderie, le directeur exécutif national du PSDR, Georges Randriamamonjisoa a mis en exergue l’importance de l’appui du PSDR aux paysans, un appui à la fois financier et technique. Aussi, a-t-il souligné :

« Même après la mise en œuvre d’un sous-projet, le PSDR assure également le contrôle de son fonctionnement pour qu’il y ait réellement des impacts palpables sur le niveau de vie des paysans bénéficiaires. L’objectif du PSDR est d’ailleurs l’amélioration des revenus des paysans ». Ce projet a financé près de 10 000 sous-projets sur toute l’île. Dans la Sofia, 114 sous-projets dont 31 dans le district de Bealanana ont été réalisés avec le soutien du PSDR. Dans la région, la filière porcine à elle seule compte 16 sous-projets.

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article